Rhume des foins (rhinite allergique) : symptômes et remèdes

La rhinite allergique, appelée "rhume des foins" dans sa forme saisonnière, est une inflammation des parois nasales provoquée par des allergies aux pollens ou aux poils d'animaux. Période, symptômes et remèdes. Le point avec le Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste.

Définition : qu'est-ce que le rhume des foins ? A quelle période ?

La rhinite allergique saisonnière, plus communément appelé rhume des foins, évolue chaque année à la même période pendant quelques semaines. Elle est le plus souvent provoquée par les pollens (80% des cas) ou par des moisissures (non saisonnière). La rhinite allergique est une affection qui se caractérise par une hypersensibilité de la muqueuse nasale à un allergène : pollen (rhinite saisonnière), acariens et poussière de maison, animaux, ou toute autre substance étrangère. 

  • pollen des arbres et arbustes : mars à juin
  • pollen des graminées (dont foin) : mai à octobre

Rhinite allergique persistante

La rhinite persistante intervient au moins 4 jours par semaine et pendant 4 semaines dans l'année. Son diagnostic et son traitement restent indispensables pour améliorer le quotidien des malades et éviter qu'un asthme fasse son apparition.

Rhinite intermittente

La rhinite intermittente survient moins de 4 jours par semaine et moins de 4 semaines par an.

Rhinite modérée à sévère

La rhinite modérée à sévère provoque des symptômes invalidants accompagnés d'une gêne lors des activités journalières, professionnelles ou scolaires ainsi que d'une perturbation du sommeil.

Rhinite légère

La rhinite légère entraîne des symptômes peu importants, ayant peu de répercussions sur le sommeil et la vie quotidienne.

Rhinite perannuelle

La rhinite perannuelle survient toute l'année. Elle se prolonge plusieurs mois, voire toute l'année, sans chronologie précise. Les allergènes le plus souvent en cause sont les acariens et les animaux. Les symptômes s'aggravent dans des endroits humides et poussiéreux. Seul un bilan allergologique permet d'identifier précisément l'allergène responsable.

Symptômes du rhume des foins : fatigue, fièvre, toux...

Les principaux symptômes du rhume des foins sont :

  • des démangeaisons du nez,
  • des éternuements,
  • un écoulement nasal clair et abondant,
  • une sensation de nez bouché.
  • des irritations du palais, des conduits auditifs et des yeux.

La fatigue, les maux de tête, un écoulement postérieur, des difficultés à se concentrer et à s'endormir ainsi que la perte d'odorat sont des signes caractéristiques de la rhinite chronique. Cette pathologie, souvent traitées à la légère, car peu grave, constitue un véritable handicap pour le sujet atteint.

Causes de la rhinite allergique

La cause des rhinites allergique est une hypersensibilisation à certains allergènes, comme les pollens, les moisissures ou encore les poils d'animaux. Il existe souvent des formes familiales d'allergies, suggérant la notion de " terrain allergique ". "Les sujets connus pour avoir un terrain allergique ont tout intérêt à se traiter préventivement par antihistaminique avant l'arrivée des pollens printaniers", alerte le Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste.

Rhinite allergique et asthme

Rhinite allergique et asthme sont étroitement liés. Les parois des bronches et du nez sont tapissées par le même type de cellules et réagissent de la même façon aux agressions des allergènes. Un mécanisme inflammatoire commun affecte l'appareil respiratoire au niveau des bronches et du nez, ce qui explique l'association fréquente de l'asthme et de la rhinite allergique. Environ, une personne sur 3 souffrant de rhinite allergique développera un asthme. Près de 80% des asthmatiques sont atteints de rhinite allergique. Asthme et rhinite peuvent apparaître simultanément, mais la rhinite précède souvent l'asthme de plusieurs années.

Les tests à faire en cas d'allergie

Evolution

Les parois nasales fragilisées en permanence par les allergènes (comme les pollens par exemple) sont plus sensibles aux odeurs de peinture, de solvant et au tabac. Ces facteurs irritants non spécifiques aggravent la gêne nasale. La rhinite allergique peut prendre la forme de rhino-pharyngites à répétitions, en particulier chez les enfants, orientant ainsi le diagnostic vers des manifestations infectieuses le plus souvent traitées avec des antibiotiques à répétition, qui sont inadaptés.

Toute rhinite allergique peut potentiellement évoluer vers un asthme dont l'évolution risque d'être plus sévère si la rhinite allergique n'a pas été prise en charge dans de bonnes conditions. Inversement, une rhinite allergique non traitée peut aggraver un asthme pré-existant.

Traitements de la rhinite allergique ou "rhume des foins"

Médicaments antihistaminiques

Le traitement habituel des rhinites allergiques est constitué par les médicaments anti histaminiques. Ceux-ci s'opposent aux effets de l'histamine, substance inflammatoire libérée lors de la réaction allergique et sont le traitement de première intention de la rhinite allergique.  Ils sont prescrits dans différentes manifestations de l'allergie : rhinite, conjonctivite, urticaire, eczéma.

Les antihistaminiques peuvent provoquer des effets secondaires dont le plus connu est la somnolence. Les antihistaminiques de seconde génération provoquent moins d'effets secondaires. Quelques antihistaminiques sont contre-indiqués à certaines périodes de la grossesse. Certains antihistaminiques peuvent être délivrés sans ordonnance afin de soulager momentanément. Ces médicaments, plus onéreux, ne sont pas remboursés par la caisse d'assurance maladie. Ils peuvent dépanner pendant quelques jours mais ils ne doivent pas empêcher de consulter un médecin. Les antihistaminiques sont également prescrits à titre préventif quelques jours avant la période de pic des pollens.

Corticoïdes

Les corticoïdes injectables sont fortement déconseillés par tous les experts. Très longtemps utilisés il y a quelques décennies, ils ne sont désormais plus indiqués dans le traitement de la rhinite allergique. Leurs effets secondaires sont trop nombreux et sérieux. Dans le nez on peut utiliser localement du sérum physiologique, des corticoïdes anti inflammatoire, un anti histaminique, du cromoglycate de sodium ou un anticholinergique. Des corticoïdes nasaux sont conseillés sous la forme de pulvérisation nasale. Les vasoconstricteurs locaux (hors AMM) ne doivent pas être utilisés plus de quelques jours consécutifs. Des corticoïdes sous forme de comprimés sont prescrits dans les formes sévères. Des antibiotiques peuvent être nécessaires en cas de surinfection bactérienne.

Désensibilisation

La désensibilisation consiste à réhabituer progressivement l'organisme à l'allergène mis en cause, grâce à l'administration de doses croissantes d'un vaccin allergénique, jusqu'à l'obtention de la dose efficace.

Remèdes naturels : cassis, plantain...

Parmi les remèdes naturels, le cassis est traditionnellement utilisé pour traiter les douleurs articulaires, sous forme d'EPS. L'action anti-inflammatoire des baies, et du jus qui en est extrait, contribue également à soulager la toux associée au rhume des foins. Il est recommandé de boire du jus de cassis plusieurs fois par jour préalablement à l'arrivée des pollens, en cas d'hypersensibilité à ceux-ci.

Le plantain lancéolé, plante herbacée vivace commune en Europe possède des propriétés anti-inflammatoires, et son usage est reconnu dans le traitement des irritations oropharyngées accompagnant une toux sèche. Elle peut donc contribuer à soulager les symptômes liés à une rhinite allergique. Les feuilles peuvent être administrées sous forme d'infusion et de teinture. Le plantain lancéolé est également disponible sous forme d'EPS.

Rhume des foins (rhinite allergique) : symptômes et remèdes
Rhume des foins (rhinite allergique) : symptômes et remèdes

Sommaire Définition et période • Rhinite persistante • Rhinite intermittente • Rhinite modérée à sévère • Rhinite légère • Rhinite perannuelle Symptômes Causes Rhinite et asthme Tests et allergie Evolution ...