Colopathie fonctionnelle (côlon irritable) : symptômes et alimentation

Le côlon est un organe de l'appareil digestif situé entre l'intestin grêle et le rectum. Plusieurs pathologies peuvent affecter le côlon comme la colopathie fonctionnelle. Aussi appelée " syndrome du côlon irritable ", cette dernière provoque des douleurs abdominales et des nausées. Symptômes, alimentation et traitements.

Définition : qu'est-ce que la colopathie fonctionnelle ou le syndrome du côlon irritable ?

La colopathie fonctionnelle ou "côlon irritable", auparavant appelée "colopathie spasmodique", est une maladie intestinale chronique. Elle est très fréquente et provoque des ballonnements, douleurs abdominales, des diarrhées ou une constipation. Elle s'accompagne souvent d'autres signes tels que des maux de tête, une fatigue, des douleurs diffuses, etc. Elle touche environ un français sur quatre. Les plus affectés sont les femmes et les sujets présentant un état anxieux. Cette maladie, bien que bénigne, peut affecter notablement la qualité de vie.

"La colopathie fonctionnelle est définie par les critères de Rome IV comme une "douleur abdominale chronique, au moins un jour par semaine durant les trois derniers mois", rappelle le Professeur Benoît Coffin, Gastro-entérologue à l’hôpital Louis Mourier. Pour caractériser la colopathie fonctionnelle, la douleur doit être associée avec au moins deux des signes suivants :

  • soulagement lors l'émission de selles
  • changement dans la forme et la consistance des selles
  • modification de la fréquence des selles

Colopathie chronique

Les colopathies sont dites chroniques lorsqu'elles évoluent depuis plus de 6 mois. Leur traitement varie selon leur origine mais s'appuie avant tout sur l'hygiène de vie et l'équilibre alimentaire.

Causes : désordre du microbiote, hypersensibilité...

Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer l'origine d'une colopathie fonctionnelle. Une hypersensibilité viscérale est diagnostiquée chez près de deux patients sur trois d'où la dénomination actuelle de "syndrome de l'intestin irritable". "Dans les autres causes, on trouve un trouble de la motricité digestive, une mauvaise intégration de la douleur au niveau du système nerveux central, un désordre du microbiote intestinal, une malabsorption des acides biliaires, le rôle de l'alimentation, ou d'inflammations souvent déclenchées par des phénomène infectieux aigus", détaille le Pr Coffin.

A cela, peuvent s'ajouter le rôle du stress et des facteurs psychosociaux "qui interviennent très probablement par des mécanismes micro-inflammatoires", précise le gastro-entérologue.

Symptômes : douleurs, nausées, mal de dos...

La colopathie est un trouble intestinal qui peut s'accompagner de :

  • douleurs importantes qui peuvent irradier dans le dos ou la racine des cuisse,
  • dyspepsie (douleurs et malaise dans la région supérieure de l'abdomen),
  • brûlures d'estomac, crampes, ballonnements, et perte de poids inexpliquée
  • migraine, insomnie, fatigue, crises d'angoisses et des états d'anxiété,
  • des douleurs de type spasmodiques, c'est à dire ressemblant à des resserrements du côlon dont le siège se situe sur le trajet du côlon,
  • trouble du transit intestinal s'accompagnant de constipation, de diarrhée ou par alternance des deux.
  • cystites interstitielles et douleurs pendant les rapports sexuels
  • fibromyalgie

Alimentation : que manger ?

"Il y a eu une assez grande révolution ces dernières années, notamment dans l'identification du rôle du gluten : il a été montré que lorsqu'on diminuait le gluten, les symptômes diminuaient avec lui. C'est comme ça qu'est apparu le régime pauvre en FODMAPs", explique le Pr Coffin. FODMAP est un acronyme qui désigne un groupe de glucides à chaîne courte présents dans certains aliments. Peu ou mal absorbés par l'intestin, ils retiennent de l'eau et fermentent une fois dans le colon.

Ce régime comprend l'exclusion des aliments fermentescibles tels que le chou afin d'empêcher la surproduction de gaz. Le lactose est également à proscrire. Certains fruits ou légumes sont aussi éliminés car trop riches en fibres et en fructose, comme les pommes et les poires. "Il faut suivre ce régime de manière strict pendant 4 à 6 semaines. Puis élargir progressivement, pour que chaque patient détermine sa "dose seuil", celle qui est la plus efficace", détaille le praticien.

Traitements : comment soigner le syndrome du côlon irritable ?

Anti-spasmodiques, antidépresseurs...

"En première intention, on va prescrire des anti-spasmodiques. S'ils ne sont pas efficaces, et que la douleur est importante, il ne faut pas hésiter à utiliser des médicaments qui vont agir sur la douleur comme les anti-dépresseurs tricycliques à faible dose", explique le Pr Coffin.

Probiotiques

On peut également faire usage de probiotiques. "Un grand nombre de probiotiques est disponible en pharmacie. Mais seulement quelques-uns d'entre eux ont montré une efficacité dans des essais cliniques menés de manière sérieuse", prévient le gastro-entérologue. Et de mettre en garde : "Certains s'apparentent à de l'escroquerie pure et simple. Il faut mettre en garde contre toutes ces solutions miracles. L'hydrothérapie du colon, par exemple, est dangereuse, et des cas de décès ont été rapportés. Attention donc aux charlatans !".

Traitement naturel

Des techniques alternatives comme l'hypnose ont également pu montrer de l'efficacité dans la diminution de la douleur. D'autres en revanche, comme l'acupuncture ou la phythotérapie (plantes), n'ont montré aucune efficacité.

Merci au Pr Benoit Coffin, Gastro-entérologue à l'hôpital Louis Mourier (Colombes).

Colopathie fonctionnelle (côlon irritable) : symptômes et alimentation
Colopathie fonctionnelle (côlon irritable) : symptômes et alimentation

Sommaire Définition Colopathie chronique Causes Symptômes Alimentation Traitements • Anti-spasmodiques • Probiotiques • Remèdes naturels Définition : qu'est-ce que la colopathie fonctionnelle ou le syndrome du...