Allergique, chronique, croûteuse ou virale : soigner une rhinite

La rhinite correspond à une inflammation de la muqueuse des fosses nasales entraînant le typique "nez qui coule". On distingue plusieurs formes comme la rhinite allergique, vasomotrice, chronique ou liée au pollen. Le traitement dépend de la cause de la maladie.

Définition

La rhinite se définit comme une inflammation des fosses nasales. On distingue la rhinite aiguë et la rhinite chronique, comprenant la rhinite allergique et les rhinites non allergiques.

Types de rhinites

Rhinite allergique

La rhinite allergique est causée par un allergène type poils d'animaux, acariens… Lorsqu'elle est provoquée par le pollen, on l'appelle plus communément "rhume des foins". Elle peut être de courte durée (liée à la saison pollinique par exemple) ou permanente.

Rhinite vasomotrice

La rhinite vasomotrice ressemble comme deux gouttes d'eau à une rhinite allergique mais est liée à une hypersensibilité de la muqueuse pour laquelle on incrimine le stress et un déséquilibre du système nerveux.

Rhinite aiguë

La rhinite aiguë est le plus souvent de courte durée. Elle est d'origine virale ou bactérienne. " Elle se manifeste par un écoulement nasal qui, de clair et fluide les premiers jours, devient épais et jaunâtre en cas de surinfection", explique le Dr. Jean-Michel Morel, médecin généraliste, expert phyto-aromatique.

Rhinite chronique

La rhinite chronique dure depuis plus de 3 mois. Elle prolonge la rhinite aiguë. Elle se caractérise par la sensation de nez bouché, d'un écoulement nasal et de larmoiement. Elle peut être d'origine allergique (pollen, acariens, poussières…) ou non. L'inflammation des muqueuses est alors chronique ou survient par période. Une rhinite allergique provoquée par les acariens survient en général tout au long de l'année et s'améliore l'été alors qu'une rhinite pollinique, c'est le fameux rhume des foins survient pendant le printemps. Les changements de lieux, les passages du chaud au froid ainsi que l'effort peuvent être des causes d'une rhinite chronique non allergique. Quelques facteurs peuvent aggraver la situation : le tabagisme, même passif, la pollution ainsi que l'abus de médicaments vasoconstricteurs locaux.

Rhinite croûteuse

La rhinite croûteuse atrophique se caractérise par la formation d'épaisses croûtes sèches dans une fosse nasale atrophiée. Elle touche en particulier les personnes âgées.

Symptômes

  • Ecoulement clair et fluide pouvant devenir, en quelques jours, purulent
  • Une sensation de nez bouché
  • Des yeux larmoyants
  • Une diminution de l'odorat
  • Une conjonctivite (dans le cas de la rhinite allergique)
  • Exceptionnellement, une odeur fétide peut se dégager des fosses nasales (dans le cas de la rhinite atrophique)

Lorsqu'elle est d'origine infectieuse, la rhinite peut parfois se compliquer d'une toux grasse et d'une fièvre, et se transformer en otite, en sinusite voire en bronchite.

Causes

Elles sont nombreuses et varient suivant l'origine de la maladie :

  • Une bactérie ou un virus. Dans ce dernier cas, la rhinite est très contagieuse et se transmet via les gouttes de salive ainsi que parle contact de main à main.
  • La présence de produits irritants (tabac, pollution, fumée…)
  • La présence d'allergènes (pollens de fleurs, d'arbres ou de plantes, poussières, poils d'animaux…)
  • Le changement de lieux, les passages du chaud au froid
  • Le tabagisme et la pollution peuvent aggraver les symptômes.

Traitements

Tout dépend de la cause.

En cas de rhinite virale : "Il conviendra de se laver le nez deux à trois fois par jour avec une solution d'eau de mer ou physiologique pour éliminer les sécrétions et les virus en cause, recommande le Dr. Morel. Si le nez est très bouché, utiliser une solution hypertonique (concentrée en chlorure de sodium) ou soufrée et la faire suivre d'une inhalation. En cas de mal de tête, prendre du paracétamol." En règle générale, la maladie dure environ 5-6 jours.

Attention : Les médicaments décongestionnants sont aujourd'hui pointés du doigt. "Ils contiennent de la pseudoéphédrine (signalée sur la notice d'utilisation), précise le Dr Morel. Cette substance est un vasoconstricteur : elle resserre les vaisseaux sanguins et entraine une augmentation de la tension artérielle, exposant à des accidents cardiovasculaires ou neurologiques sévères."

En cas de rhinite allergique : la prise d'antihistaminique par voie orale et de corticoïdes par voie nasales permet d'apaiser les symptômes.

En cas de rhinite atrophique : le traitement repose sur la prise d'antibiotiques locaux. Une intervention chirurgicale est parfois nécessaire.

Recette d'inhalation en cas de rhinite 
  • Choisir l'huile essentielle de niaouli ou d'eucalyptus radié ou de ravintsara ou de tea tree.
  • Verser 5 gouttes dans 200 ml d'eau bouillante et respirer.

Ou : respirer quelques gouttes de ces huiles essentielles, déposées sur un mouchoir, en inhalation sèche, plusieurs fois par jour.

Allergique, chronique, croûteuse ou virale : soigner une rhinite
Allergique, chronique, croûteuse ou virale : soigner une rhinite

Sommaire Définition Types de rhinites • Rhinite allergique • Rhinite vasomotrice • Rhinite aiguë • Rhinite chronique • Rhinite croûteuse Symptômes Causes Traitements Définition La rhinite se définit comme...