Douleur du genou : pourquoi et que faire ?

Interne, externe, lié aux ligaments ou aux ménisques... Le mal de genou peut être caractérisé par une douleur ou un enraidissement. Quelles sont ses causes ? Comment le soulager ? Voici les conseils du Pr Francis Berenbaum, chef du service de rhumatologie de l'hôpital Saint-Antoine de Paris.

Définition

Le genou est une articulation majeure de l'organisme, car il assure la jonction entre la cuisse et la jambe. L'articulation du genou, pivot du corps, permet une bonne répartition du poids du corps et joue un rôle majeur dans la flexion de la jambe. L'articulation du genou représente l'ensemble constitué par l'extrémité inférieure du fémur, l'extrémité supérieure du tibia ainsi que la rotule située en avant. 

Symptômes

"Les symptômes sont de deux ordres essentiellement : la douleur et l'enraidissement. La douleur peut être d'horaire mécanique, c'est-à-dire qui se calme au repos et s'aggrave aux mouvements, ou d'horaire inflammatoire" décrit le Pr Francis Berenbaum, chef du service de rhumatologie de l'hôpital Saint-Antoine (Paris). Dans ce cas, la douleur réveille la nuit. Le genou est alors souvent gonflé, chaud et parfois rouge. L'enraidissement provoque une difficulté à la flexion et l'extension gênant ainsi la marche.

Causes les plus fréquentes

Une douleur au genou a différentes causes. Elle est assez fréquente, le genou étant une articulation porteuse. "La douleur au genou peut être d'origine traumatique ou non, articulaire, tendineuse, ligamentaire ou méniscale" explique le Pr Berenbaum. 

Arthrose

L'arthrose du genou, provoquée par une détérioration du cartilage de l'articulation du genou, provoque des manifestations invalidantes, comme des douleurs et l'impossibilité de pratiquer certaines activités physiques sportives ou de la vie quotidienne. Par exemple l'arthrose fémoropatellaire (entre le fémur et la rotule) entraîne des difficultés à la descente des escaliers. Les douleurs mécaniques sont les principales manifestations de l'arthrose du genou. Elles s'aggravent lors d'un effort et se calment au repos et gênent l'extension et la flexion du genou. Apparaissent également une raideur et une limitation des mouvements, , des épisodes de dérobement du genou, une boiterie et parfois une déformation du genou atteint. L'arthrose du genou peut survenir chez des gens jeunes (en cas d'antécédent de traumatisme méniscal ou ligamentaire) chez les patients obèses et augmente avec l'âge. Ainsi, Le vieillissement de la population explique en partie l'apparition de plus en plus de cas de personnes présentant une arthrose du genou.

"Les ménisques absorbent les chocs de l'articulation du genou"

Traumatismes du genou et lésions méniscales

Les traumatismes du genou, entorses et fractures, sont devenus eux aussi de plus en plus fréquents en raison du développement des activités sportives non encadrées. Les fractures du genou surviennent le plus souvent à la suite d'un accident sur la voie publique. L'entorse du genou correspond à une atteinte des ligaments permettant la stabilité de l'articulation du genou et fait suite à un traumatisme, provoquée la plupart du temps lors de la pratique d'un sport, comme par exemple le basket-ball, le rugby, le football, et le ski qui sont responsables d'un tiers des entorses de genou. Les ruptures des ligaments sont plus sévères lorsque les ligaments croisés sont touchés. "Les ménisques, coussinets de cartilage rendent l'articulation du genou plus stable. Leur élasticité et leur forme permettent de mieux répartir les contraintes. Ils absorbent les chocs de l'articulation du genou", expose le Pr Berenbaum. Avant d'ajouter : "Ils peuvent se fissurer à la suite d'un traumatisme aigu et provoquer des douleurs et un épanchement articulaire. Dans ce cas un geste arthroscopique est parfois proposé pour une suture ou une résection." Il faut savoir que le fait de retirer chirurgicalement une partie du ménisque entraîne un risque de développer une arthrose chez une personne sur 2 dans les 10 ans qui suivent l'opération. En revanche, des lésions méniscales non traumatiques sont très fréquentes lorsqu'une IRM est réalisée après 40 ans. Cela ne signifie pas que les douleurs du genou sont liées à ces lésions. Ces dernières sont le plus souvent la conséquence de l'arthrose et non pas la cause. Il ne faut alors surtout pas y toucher chirurgicalement.

Inflammation

Les rhumatismes inflammatoires (polyarthrite rhumatoide, spondyloarthrite, rhumatismes psoriasique, etc.) peuvent toucher les genoux. Dans ces cas, le genou gonfle et s'accompagnent de douleurs d'horaire inflammatoire.

Diagnostic

Radiographie des genoux

Une radiographie des genoux est souvent suffisante : elle doit être effectuée debout de face et de profil et avec une vue axiale des rotules à 30° de flexion. Une radio dite en Schuss, correspondant à un cliché postéro-antérieur à 30° de flexion est toujours demandée.

IRM et scanner

Un IRM ou un scanner peuvent être demandés mais ne doivent pas l'être de manière trop systématique, ces examens étant souvent inutiles. En effet après 40 ans, la plupart des genoux présentent quelques signes dégénératifs sans aucun caractère pathologique risquant d'aboutir à des gestes arthroscopiques inutiles. 

Prélèvement du liquide synovial

En cas de gonflement persistant, le prélèvement suivi d'une analyse du liquide synovial permet d'orienter le diagnostic entre une cause mécanique, inflammatoire ou infectieuse.

Arthroscopie

L'arthroscopie s'effectue en pratiquant une petite incision permettant d'introduire une caméra en fibres optiques dans la cavité articulaire. Reliée à une caméra, celle-ci permet de visualiser les structures de l'articulation du genou. Cet examen permet également d'effectuer une intervention chirurgicale en pratiquant une seconde incision, permettant d'insérer des instruments chirurgicaux miniaturisés permettant ainsi de réparer les structures du genou abîmé, comme le ménisque, un ligament ou le cartilage.  Cette technique chirurgicale, de plus en plus réalisée est remise en cause en raison des risques d'effets secondaires et d'une efficacité pas toujours démontrée.

Quand consulter ?

Une douleur au genou aiguë implique une consultation médicale d'autant plus si elle est accompagnée d'un gonflement de l'articulation, si elle gêne la marche ou entraîne une claudication. 

Traitements

Le traitement d'une arthrose du genou repose sur une prise en charge non médicamenteuse (perte de poids en cas de surcharge, activité physique comme le vélo ou la natation, kinésithérapie) et si nécessaire des médicaments anti-douleurs. Un traitement parantalgiques et paranti-inflammatoires sous forme de topiques (gel, compresses imbibées, ou oral est souvent suffisant pour calmer la douleur. Des injections intraarticulairesde corticoïdes en cas de poussée inflammatoire et/ou d'acide hyaluronique sont parfois proposées. La prothèse totale de genou peut être envisagée en cas d'échecs de ces traitements.

Merci au Pr Francis Berenbaum, chef du service de rhumatologie de l'hôpital Saint-Antoine (Paris).

Douleur du genou : pourquoi et que faire ?
Douleur du genou : pourquoi et que faire ?

Sommaire Définition Symptômes Causes  • Arthrose • Traumatismes • Inflammation Diagnostic • Radio • IRM, scanner • Prélèvement synovial • Arthroscopie Quand consulter ? Traitements Définition Le...