Comment détecter un cancer ?

Un homme sur 5 et 1 femme sur 6 dans le monde développeront un cancer au cours de leur vie. Le dépistage est plus que nécessaire pour détecter les cancers le plus tôt possible et mettre en place un traitement sans tarder. Plusieurs examens sont disponibles pour diagnostiquer les différents cancers.

Détecter un cancer par une prise de sang

• Numération Formule Sanguine

La numération-formule sanguine, encore appelée NFS, est un examen sanguin systématiquement effectué au cours d'un bilan de santé. Il permet de mesurer le nombre de globules rouges, appelés hématies, les globules blancs, dénommés leucocytes qui permettent à l'organisme de se protéger des infections et les plaquettes dont le rôle est d'éviter les saignements. Une anomalie à la NFS, que ce soit une augmentation ou une diminution d'une des données, peut être en lien avec un cancer, mais ne doit jamais être interprétée isolement.

• Dosage des marqueurs tumoraux

Certains marqueurs tumoraux, des protéines produites par les tumeurs, peuvent être dosés dans le sang et refléter le nombre de cellules cancéreuses présentes dans la tumeur ou le nombre de cellules cancéreuses qui se sont disséminées à distance de la tumeur pour former des métastases. Le dosage sanguin des marqueurs tumoraux est une technique très sensible pour détecter la présence de tumeurs, même petite. Cet examen permet également de suivre l'évolution de la tumeur au cours du traitement.

• Ionogramme, créatinémie, bilan hépatique

Les autres examens sont nombreux et dépendent principalement du type de tumeur recherchée et de sa localisation. Un bilan hépatique, un ionogramme sanguin analysant le sodium et le potassium ou une créatinémie analysant le fonctionnement du rein peuvent être pratiqués par exemple.

• Examens pour détecter un cancer

"Dépister permet non seulement de diagnostiquer tôt certains cancers, parfois même avant l'apparition des symptômes, mais aussi de mieux les soigner et de limiter les séquelles liées aux traitements. Dans certains cas, le dépistage peut même permettre d'éviter l'apparition d'un cancer, grâce au repérage et au traitement précoce d'une anomalie qui aurait pu évoluer" souligne le Dr Claire Lewandowski, médecin spécialisée en médecine générale.

• Biopsie

La biopsie correspond au prélèvement d'un fragment de tissu sur l'organe suspecté d'être cancéreux. L'analyse anatomopathologique des cellules du fragment prélevé permet d'affirmer leur caractère cancéreux et le degré de gravité de la tumeur. La biopsie s'effectue sous anesthésie locale et parfois sous anesthésie générale. Une biopsie extemporanée (c'est-à-dire un examen au microscope pendant l'intervention chirurgicale) peut aussi se pratiquer dans certaines circonstances, en particulier lorsque le chirurgien a besoin de ces informations pour poursuivre son intervention.

• Cytoponction

La cytoponction consiste à récupérer des cellules tumorales à l'aide d'une aiguille introduite dans une partie de l'organisme. Les cellules récupérées sont ensuite analysées afin de repérer des anomalies pouvant évoquer un cancer. Cet examen peut être pratiqué par exemple sur un nodule du sein ou de la thyroïde.

• Frottis

Le frottis permet de récupérer des cellules en grattant une zone anormale, comme cela est régulièrement pratiqué au cours d'un frottis cervico-vaginal (au niveau du col de l'utérus). Les cellules sont ensuite analysées afin de détecter les cellules anormales évocatrices d'un cancer.

• Endoscopie

Cet examen permet d'explorer une cavité à l'aide d'un tube muni d'un système optique, de repérer des lésions mais également d'effectuer des prélèvements afin de les analyser. La fibroscopie bronchique explore les bronches. La fibroscopie gastrique explore le tube digestif, l'œsophage, l'estomac. La coloscopie permet de détecter une anomalie du côlon, en introduisant l'endoscope dans l'anus.

• Radiologie

La radiographie est un examen indispensable pour détecter un cancer du poumon ou un cancer des os.

• Echographie

Après avoir appliqué un gel sur la peau de la zone qu'il souhaite explorer, le médecin déplace une sonde externe à cet endroit et visualise les images sur un écran. Cet examen rapide et indolore permet d'obtenir une réponse immédiate. Il est utile en cas de suspicion de cancer du sein par exemple.

• Mammographie

La mammographie est une radiographie des seins utilisée dans le dépistage du cancer du sein. Dans le cadre du programme de dépistage organisé du cancer du sein, elle est proposée tous les 2 ans à partir de l'âge de 50 ans. Une deuxième lecture systématique des mammographies jugées normales est assurée par un second radiologue expert.

• IRM

L'IRM, ou l'imagerie par Résonance Magnétique, se base sur la mesure de la réponse à un champ magnétique des différentes parties du corps. L'IRM permet d'explorer par exemple le cerveau, la moelle épinière, la moelle osseuse et la colonne vertébrale. Le patient, allongé et enfermé dans une sorte de gros tube, est en contact avec le manipulateur qu'il peut appeler. L'appareil prend un grand nombre de clichés qui sont analysés par l'ordinateur. Cet examen d'une durée d'une demi-heure environ, est indolore.

• Scanner

Le scanner, encore appelé tomodensitométrie, utilise les rayons X pour analyser les divers plans d'une partie de l'organisme qui est explorée en effectuant des "coupes" anatomiques de 1 à 10 mm d'épaisseur. La grande majorité des parties du corps, comme par exemple la vessie, les poumons, le cerveau, les reins, le foie peuvent être visualisées. Les images sont ensuite assemblées par ordinateur. Cet examen très rapide ne provoque aucune douleur et permet également de surveiller l'évolution d'une grande partie des tumeurs. Il peut être complété par un Scanner multi coupes qui permet de construire des images en trois dimensions des organes.

• Cœlioscopie

Cet examen permet d'explorer l'intérieur de l'abdomen tout en limitant l'ouverture de la paroi abdominale pour diminuer la taille des cicatrices et atténuer les effets secondaires qui pourraient être causés par une intervention chirurgicale plus lourde. Après l'injection d'air dans le ventre, le praticien introduit une caméra et ses instruments via 2 ou 3 orifices pratiqués au niveau du nombril. Peut ainsi être repérée une anomalie à l'intérieur des organes de l'abdomen. Une biopsie peut ensuite être pratiquée.

• Scintigraphie

Cet examen indolore consiste à injecter un produit radioactif, qui va se fixer sur l'organe que l'on souhaite contrôler : Il permet de visualiser les cavités cardiaques, les poumons, la thyroïde, l'os et les reins. Cet examen est long car une fois l'injection effectuée, il est nécessaire d'attendre plusieurs heures avant l'enregistrement des rayonnements émis.

• PET-SCAN

Le "PET-SCAN" ou "Tomographies par émissions de positons", utilise des dérivés radioactifs qui vont être captés de préférence par les tumeurs. Il permet d'obtenir des résultats plus précis sur la tumeur.

Détecter un cancer du poumon

En dehors des examens généraux conne la radiographie du thorax ou le scanner thoracique, certains examens plus spécifiques permettent de détecter un cancer du poumon :

L'examen microscopique des crachats qui permet parfois la découverte de cellules cancéreuses.

La bronchoscopie qui consiste à introduire par les voies respiratoires (sous anesthésie locale) un fin tuyau dans les bronches permettant de faire une biopsie.

La ponction transthoracique lorsque la lésion est située sur une trop petite bronche pour être accessible par fibroscopie, une ponction à l'aiguille, à travers la paroi du thorax peut être envisagée.

Une médiastinoscopie, sous anesthésie générale, qui consiste à pratiquer au-dessus du sternum une petite incision par laquelle le chirurgien introduit un tuyau jusque dans le médiastin afin d'examiner les ganglions lymphatiques et faire une biopsie.

Détecter un cancer de la peau

En cas de lésion suspecte sur la peau, le dermatologue, après examen au dermatoscope (une sorte de grosse loupe), propose une intervention chirurgicale et une analyse anatomopathologique. La biopsie est l'examen le plus efficace pour détecter un cancer de la peau.

Détecter un cancer du côlon

L'examen immunologique des selles, appelé aussi Hemoccult II®, permet de rechercher du sang non-visible à l'œil nu dans les selles. Ce test de dépistage réalisé à la maison est proposé systématiquement en France aux femmes et aux hommes, âgés de 50 à 74 ans, tous les 2 ans. S'il est positif, une coloscopie est proposée pour rechercher la présence d'une tumeur cancéreuse. D'autres examens comme le toucher rectal ou le dosage de certains marqueurs comme l'antigène carcino-embryonaire (ACE), le CA19-9 et l'alpha foeto-proteine (AFP) peuvent aussi être utiles au diagnostic.

Détecter un cancer des testicules

L'échographie des testicules est l'examen recommandé pour diagnostiquer un cancer des testicules. Certains marqueurs comme l'AFP, le hCG (Hormone chorionique gonadotrope humaine) total et le LDH peuvent aussi être dosés pour orienter le diagnostic.

Détecter un cancer de l'estomac

La gastro-endoscopie est l'examen de référence pour détecter un cancer de l'œsophage grâce à la biopsie. D'autres examens d'imagerie peuvent être réalisés en complément pour évaluer jusqu'où il s'est propagé et donc définir son stade : un scanner ou un PET Scan par exemple. Des taux plus élevés que la normale d'antigène carcino-embryonnaire (ACE), d'antigène carbohydrate 19-9 (CA 19-9) ou d'antigène tumoral 125 (CA 125) peuvent signaler la présence d'un cancer de l'estomac.

Détecter un cancer du sein

En plus de la palpation régulière des seins, une mammographie de dépistage est proposée tous les deux ans aux femmes de 50 à 74 ans en l'absence de symptôme apparent ou de facteur de risque. Une échographie complémentaire peut être proposée si nécessaire. Dans le cas où une tumeur est détectée, une ponction à l'aiguille fine ou une microbiopsie permettent de prélever des cellules et de poser un diagnostic certain de cancer du sein le cas échéant. Certains marqueurs comme le CA 15-3 et l'ACE peuvent être augmentés.

Détecter un cancer de la gorge

Une endoscopie est généralement réalisée pour visualiser l'ensemble de la gorge. À cette occasion, des biopsies sont prélevées pour un examen microscopique. Si un cancer est supposé, un scanner de la gorge et une radiographie des poumons complètent le bilan. Lorsqu'un cancer du larynx est soupçonné, l'ORL examine la gorge à l'aide d'un laryngoscope, un tuyau creux qui contient un système optique équipé de verres fortement grossissants pour visualiser l'ensemble de la région du larynx et l'entrée de l'œsophage, et réaliser des biopsies si nécessaires. Dans certains cas, une ponction des ganglions du cou, en combinaison avec une échographie permet de vérifier la présence de cellules cancéreuses.

Détecter un cancer de la prostate

Le toucher rectal (réalisé par le médecin généraliste ou un urologue) est la méthode la plus courante pour détecter un cancer de la prostate. Le dosage de l'antigène prostatique spécifique (PSA) dans le sang permet de suspecter un cancer en cas d'élévation. Si c'est le cas, seules les biopsies permettent de confirmer le diagnostic. En France et à l'étranger, aucune autorité de santé ne recommande le dépistage systématique du cancer de la prostate par dosage du PSA chez les hommes sans symptôme.

Détecter un cancer du pancréas

Le pancréas étant situé profondément dans l'abdomen, seuls les examens d'imagerie comme l'échographie, le scanner et l'IRM permettent de mettre en évidence une tumeur. L'échoendoscopie, qui consiste à réaliser une échographie directement depuis les intestins, permet de confirmer le diagnostic de cancer grâce aux biopsies. Le dosage sanguin de l'antigène carbohydrate 19-9 (CA 19-9) peut aider au diagnostic.

Détecter un cancer de l'utérus

Le dépistage du cancer de l'utérus s'effectue par un frottis du col de l'utérus qui peut être réalisé par le gynécologue ou le médecin généraliste. Toutes les femmes âgées de 25 ans à 65 ans devraient pratiquer ce dépistage. Si un cancer est suspecté, une colposcopie est alors proposée. Elle consiste à faire des biopsies du col de l'utérus pour établir le type de cancer. Certains marqueurs comme le SCC (Squamous Cell Carcinoma), le Cyfra 21.1, le CA 125, l'ACE ou le CA 19.9 peuvent être utiles pour surveiller l'évolution de la tumeur lors du traitement.

Détecter un cancer des ovaires

Le toucher vaginal, permet souvent au gynécologue de reconnaître un ovaire anormalement gros. Une échographie pelvienne transvaginale avec l'introduction de la sonde exploratrice dans le vagin permet d'évaluer la tumeur. Les dosages sanguins du CA 125, de l'ACE de la HCG (ou ß-HCG), de la LDH ou de l'AFP peuvent être plus élevés en cas de cancer de l'ovaire. Une intervention chirurgicale peut être décidée pour effectuer des biopsies afin de confirmer le diagnostic.

Détecter un cancer du foie

Une échographie, un scanner ou une IRM permettent de voir si une masse suspecte, ou un nodule, apparaît sur le foie. Dans la prise de sang, c'est l'augmentation des taux d'alpha-fœtoprotéine, de lacticodéshydrogénase (LDH), d'alanine aminotransférase (ALAT), d'aspartate transaminase (ASAT) et de bilirubine qui peuvent alerter. La ponction biopsie hépatique est un examen essentiel pour le diagnostic du cancer du foie car elle consiste à prélever à l'aide d'une aiguille un fragment de foie afin de l'analyser au microscope. En cas de lésion localisée, elle peut se faire par voie transcutanée. Dans les autres cas, elle peut être guidée par l'échographie ou le scanner.

Comment détecter un cancer ?
Comment détecter un cancer ?

Sommaire Détecter un cancer par une prise de sang • NFS • Marqueurs tumoraux • Ionogramme, créatinémie Examens pour détecter un cancer • Biopsie • Cytoponction • Frottis • Endoscopie • Radiologie • Echographie •...