Psoriasis : en plaques, goutte ou inversé... peut-on en venir à bout ?

Sur les mains, les cheveux, le visage. Le psoriasis est une maladie inflammatoire chronique de la peau caractérisée par d'épaisses plaques douloureuses et qui peuvent démanger. Il peut évoluer vers un rhumatisme psoriasique avec atteinte des articulations.

Définition, contagion

Le psoriasis est une maladie chronique qui évolue par poussées dont la durée et la fréquence varient d'une personne à l'autre et sont difficiles à prévoir. Il n'est pas prévisible car les lésions évoluent par poussées qui apparaissent spontanément puis régressent sous forme de périodes de rémission avec une disparition plus ou moins totale des lésions. Contrairement à une idée reçue, le psoriasis n'est jamais contagieux. Il n'y a pas de virus ni de bactérie car il s'agit d'une maladie inflammatoire chronique.

Personnes à risque

Le psoriasis peut toucher aussi bien l'enfant que l'adulte et les hommes que les femmes. Il est plus fréquent chez les personnes de peau blanche. Il débute le plus souvent à l'adolescence ou chez l'adulte jeune. Des formes familiales surviennent plutôt chez les adolescents âgés de 10 à 20 ans. Après 40 ans, apparaissent plutôt des formes isolées avec très peu d'atteintes familiales.

• Le psoriasis chez l'enfant

Le psoriasis de l'enfant n'est pas courant. Il a le même aspect que celui de l'adulte et se développe aux mêmes endroits. Deux formes de psoriasis sont plus particulières aux enfants : le psoriasis des langes et le psoriasis en gouttes. Le premier se développe à partir de l'âge de 3 mois sur le siège de l'enfant (fesses, vulve, plis de l'aine) et peut diffuser sur toute la zone des couches. Son aspect est celui d'une rougeur sèche et bien limitée des fesses. Cette localisation s'observe aussi chez les enfants plus grands mais le psoriasis est en général plus localisé, principalement au gland et à la vulve. Le psoriasis en gouttes se localise quant à lui surtout sur le tronc. Dans plus de la moitié des cas, il disparaîtra sans traitement en quelques mois. Les enfants sont par ailleurs plus souvent atteints au niveau du visage et plus sujets aux pulpites (psoriasis sur la pulpe des doigts). Le diagnostic ne nécessite aucun examen mais est parfois délicat. Au début de l'éruption, il peut être pris pour un "érythème fessier" banal. Le médecin peut également hésiter entre un eczéma et un psoriasis.

Types de psoriasis

Il existe plusieurs types de psoriasis selon la morphologie des lésions : en plaques, en gouttes, inversés. Le psoriasis peut être bénin et se limiter aux ongles, aux coudes, aux genoux, aux pieds, aux mains ou au cuir chevelu, comme il peut être plus grave et s'étendre sur tout le corps.

Psoriasis en plaques ou "vulgaire"

Le psoriasis peut prendre de nombreux aspect. La forme "vulgaire", généralement marquée par des plaques rouges avec des squames blanches adhérentes, à contours bien limités, touche les zones bastion (coudes, genoux...). C'est la forme la plus fréquente.

Psoriasis en gouttes

Dans moins d'un cas sur 10, la plupart du temps chez les enfants et les adolescents, le psoriasis prend la forme de petites plaques de moins d'un centimètre de diamètre. Il s'agit d'une forme de psoriasis appelée "psoriasis en gouttes". Cette affection peut faire suite à une infection par streptocoques. Dans le cas du psoriasis en goutte, celui-ci ne se présente pas par plaques, mais par petites gouttelettes disséminées sur tout le corps, notamment sur les zones de frottement avec les vêtements (ceinture de pantalon, soutien-gorge...) ou non (avant-bras, cuir chevelu...). Le psoriasis en goutte ne laisse pas de grandes plaques irritantes mais des petites zones cicatrisant plus rapidement après la chute des squames.

Psoriasis inversé

Le psoriasis inversé (appelé également psoriasis des plis) est une forme de psoriasis dans laquelle les plaques rouges (et lisses) sont restreintes aux zones de plis (aisselles, aine, nombril, etc.). Le psoriasis inversé doit son nom à la localisation des plaques rouges et irritantes : celles-ci sont sur les zones épargnées dans la forme commune du psoriasis (plis sous-mammaires, interfessiers et inguinaux). Les zones génitales peuvent être atteintes ainsi que les creux poplités et axillaires. Il porte aussi le nom de psoriasis des plis. Les grands plis sont sujets à l'apparition de plaques bien délimitées, rouges et lisses (sans squame).

Localisations du psoriasis sur le corps

© blueringmedia-123RF

Symptômes

Le psoriasis apparaît sur certaines régions de la peau, qui deviennent rouges et couvertes de croûtes appelées "squames", des couches pelliculaires blanchâtres. Ces lésions cutanées peuvent démanger et être douloureuses. Il existe des formes modérées de la maladie et des formes plus sévères où l'atteinte est plus importante.

Psoriasis aux genoux, coudes, mains, dos

Le psoriasis dans sa forme caractéristique se localise habituellement au niveau des genoux, des coudes, du cuir chevelu, des ongles, et du bas du dos. Chez la moitié environ des personnes atteintes de psoriasis, il existe des manifestations au niveau des ongles des mains et des pieds, dont l'apparence peut être décolorée, striée ou tâchée, du fait des dépressions que provoque la maladie sous la surface de l'ongles. Les ongles sont alors plus friables et cassants.

Psoriasis cuir chevelu, visage

Dans plus de la moitié des cas, le cuir chevelu est affecté par le psoriasis. On constate alors des pellicules dites en "flocons". Les plaques de psoriasis peuvent également dépasser du cuir chevelu pour atteindre le front, le contour des oreilles ou la nuque. Le psoriasis du visage affecte les parties du visage proche des muqueuses, c'est-à-dire les ailes du nez, le pourtour de la bouche ou encore la lisière du cuir chevelu. Du fait de sa visibilité, le psoriasis au visage a un impact important sur la vie sociale et est particulièrement difficile à supporter.

Psoriasis aux pieds

La présence de plaques de psoriasis sur les pieds impose une hygiène irréprochable afin d'éviter une surinfection bactérienne ou l'apparition d'une mycose : porter le plus souvent des sandales ou des chaussures ayant une ouverture, quand le temps le permet afin de laisser les pieds à l'air libre. Les ongles des doigts de pied ou des mains sont fréquemment le siège de lésions du psoriasis pouvant provoquer leur décollement ou leur effritement. Toutes les zones cutanées touchées par le psoriasis, mais en particulier les ongles, sont sensibles aux infections bactériennes et aux mycoses. Bien entretenir ses ongles en les coupant régulièrement. Sécher ses mains et ses pieds après les avoir lavés et ne pas oublier de bien sécher également les zones autour des ongles. Penser aux gants pour protéger les ongles des mains lors de la pratique de certaines activités.

Causes des poussées

Les causes du psoriasis ne sont pas réellement déterminées et de nombreuses hypothèses sont évoquées. Le psoriasis entraîne une prolifération excessive des cellules de la peau, les kératinocytes, provoquée par une altération de l'interaction entre les cellules de l'épiderme et celles du derme. Le psoriasis est dû à un renouvellement trop rapide des cellules de l'épiderme. Une cellule cutanée normale met 28 à 30 jours pour arriver à maturité et disparaître au cours de la desquamation. Or, dans le psoriasis, cette cellule arrive beaucoup plus rapidement à maturité, entre 3 et 4 jours environ. Des mécanismes immunologiques interviennent dans l'apparition d'un psoriasis. Le dérèglement du système immunitaire est à l'origine d'une production trop rapide des cellules de la peau. 

Il semble néanmoins qu'une participation génétique intervienne fréquemment, le psoriasis survenant sur un terrain prédisposé avec des antécédents familiaux. On estime que 3 à 4 malades sur 10 présentant un psoriasis ont un ou plusieurs personnes de leur famille atteintes de cette pathologie.

Psoriasis et stress

Un stress émotionnel ou un choc psychoaffectif sont aussi des facteurs de risque importants. Les poussées font suite la plupart du temps à un événement stressant tel qu'une rupture, un décès, des problèmes professionnels, etc. Toutefois, lorsque l'anxiété régresse, le psoriasis s'améliore. Le stress seul ne peut cependant pas expliquer l'apparition du psoriasis. Il est pourtant possible que la première poussée de la maladie soit provoquée par un fort stress. Elle serait due dans ce cas, à la libération de neuromédiateurs par le système nerveux. Ces particules favorisent l'inflammation de la peau et les cellules réagissent alors comme face à une agression. Il est fondamental d'apprendre à vaincre le stress sans médicament. Les techniques de relaxation, la sophrologie, ou les massages aident à canaliser les angoisses causées par la Maladie psoriasique. Des traitements anti-dépresseurs ou anxiolytiques peuvent parfois être prescrits dans certaines situations. La consultation d'un psychiatre ou d'un psychologue peut également s'avérer utile afin de mieux vivre avec un psoriasis. 

Psoriasis et soleil

Chez plus de 90% des personnes atteintes de psoriasis, une exposition au soleil améliore les manifestations, mais dans moins de 10% des cas environ, cette situation peut aggraver le psoriasis. D'autre part, les personnes qui s'exposent au soleil pour améliorer leur psoriasis doivent respecter les mêmes conseils que la population générale.

  • Il faut s' exposer progressivement en évitant les heures les plus chaudes et s'hydrater la peau après l'exposition.
  • Utiliser une crème solaire protectrice avant toute exposition (protégeant des UVA et UVB, avec un indice supérieur à 30 et résistante à l'eau).
  • Eviter de prendre un coup de soleil car il pourrait aggraver le psoriasis.
  • Porter un chapeau, des lunettes de soleil et un t-shirt.
  • Les autobronzants et compléments alimentaires ne protègent pas du soleil. 

Tabac, Alcool, Médicaments

Les poussées de psoriasis peuvent aussi être provoquées par :

  • Une infection comme une pharyngite ou une angine.
  • Le tabagisme et l'alcool. Il est vivement conseillé de diminuer la consommation d'alcool, voire de l'interrompre totalement. Le tabac peut représenter un facteur aggravant ou déclenchant des poussées de psoriasis. 
  • Des traumatismes et blessures de la peau, comme des griffures ou une intervention chirurgicale par exemple.
  • La varicelle.
  • Des médicaments : bêtabloquants et les inhibiteurs de l'enzyme de conversion prescrits au cours de l'hypertension artérielle, les antipaludéens de synthèse, le lithium utilisé dans les troubles bipolaires et l'interféron prescrit au cours de la sclérose en plaques ou de l'hépatite C.

Peau normale (à gauche) - Peau atteinte de psoriasis (à droite)

 

© blueringmedia-123RF

 

Quand consulter ?

Le diagnostic du psoriasis est posé par le dermatologue avec l'observation des symptômes, et aucun examen complémentaire n'est nécessaire à son identification. "Comme dans toute maladie chronique, il est indispensable de nouer une relation de confiance avec votre dermatologue" explique le Dr Claire Lewandowski, médecin spécialisé en psychiatrie et médecine générale.

Traitements anti crise

Même s'il n'existe aucun traitement pouvant guérir le psoriasis de manière définitive, certains médicaments peuvent soulager l'intensité des éruptions cutanées durant les crises. Il y a les traitements locaux (pommades, lotions...), les médicaments sous formes de comprimés, la photothérapie... Les traitements locaux représentent le premier traitement d'un psoriasis modéré. "Le traitement du psoriasis s'inscrit dans la durée et peut être décourageant à certains moments. Un soutien psychothérapique peut être utile" conseille le Dr Lewandowski.

  • Crème : Une crème émolliente assouplit et adoucit la peau et participe à la diminution de l'inflammation et à une meilleure hydratation. Elle n'élimine pas les lésions, mais soulage la douleur et les démangeaisons, et peut prévenir les poussées de psoriasis. Une bonne hydratation est toujours indispensable. Par contre, ne pas utiliser de cosmétiques lorsqu'il existe des lésions suintantes, irritées ou lors de fortes poussées ou de surinfections. 
  • Vitamine D : Sous forme de crème, la vitamine D est depuis longtemps conseillée dans le traitement du psoriasis en raison de ses effets sur la prolifération des cellules inflammatoires et l'atténuation des lésions d'un psoriasis modéré. Lors des poussées, elle peut être associée avec une crème contenant des corticoïdes.
  • Acide salicylique : L'acide salicylique peut également être proposé : il diminue l'épaisseur des plaques et facilite l'élimination des squames. Il permet ainsi une meilleure absorption d'autres médicaments sous formes de pommades, comme les corticoïdes locaux. L'acide salicylique peut provoquer des irritations locales. Il peut être utilisé dans des préparations contenant d'autres médicaments.
  • Photothérapie : La photothérapie à base d'ultra-violets UVA et UVB est possible lorsque le psoriasis couvre une grande partie du corps. Elle est réalisée en cabine ou à l'hôpital sous surveillance du dermatologue. La durée des séances est adaptée au type de peau.
  • Médicaments immunosuppresseurs : Certains médicaments immunosuppresseurs, peuvent être proposés aux personnes présentant un psoriasis résistant aux traitements locaux et à la photothérapie et aux formés sévères : la ciclosporine, le méthotrexate, les Anti TNF alfa (surtout en cas de rhumatisme psoriasique résistant aux traitements habituels), la biothérapie, les dérivés de la vitamine A.
  • Cures thermales : Même si un séjour en cure thermale ne peut apporter une guérison définitive de la maladie psoriasique, celui-ci ne peut qu'être un moment très positif pour le malade. Un séjour en cure thermale permet d'obtenir une amélioration des lésions cutanées, une amélioration de l'état psychologique et la reprise de confiance en soi. Grace à leurs propriétés anti-inflammatoires et cicatrisantes, les eaux thermales apaisent les symptômes.
  • Prendre soin de sa peau : Prendre soin de son corps et de sa peau demeurent indispensable lorsqu'on présente une poussée de psoriasis. Il faut s'hydrater la peau deux fois par jour, après un bain, une douche, ou une exposition au soleil. Se protéger efficacement du froid en utilisant des crèmes (cold cream) sur les zones exposées, ne pas surchauffer son logement et penser à humidifier l'air ambiant. Prendre un bain pas trop chaud (température inférieure ou égale à 36°c) chaque jour afin d'améliorer la desquamation naturelle des plaques dans l'eau (avec 3 cuillères à soupe de sel marin ou 4 cuillères à soupe de farine d'avoine). Choisir un savon doux surgras, ou une huile de douche ou de bain. Utiliser des shampoings doux. Ne pas mettre de maquillage pour masquer les plaques de psoriasis. Enfin, ne pas gratter, ne pas frotter ni égratigner les plaques. Et ne pas se laver les mains en permanence, sauf lorsque cela est indispensable. 

Complications du psoriasis

 Il existe trois complications : l'érythrodermie psoriasique, le psoriasis pustuleux et le rhumatisme psoriasique.

Psoriasis érythrodermique

Le psoriasis érythrodermique se manifeste par des pustules disséminées sur des zones rouges et irritées. Il s'accompagne de fièvre et de frissons. L'érythrodermie psoriasique est une généralisation à tout le corps d'une atteinte érythémato-squameuse c'est-à-dire d'une éruption cutanée rouge généralisée. La peau est sèche et atteinte d'un érythème rouge vif. Cette complication est souvent provoquée par un traitement inadapté. Elle s'accompagne d'une altération de l'état général avec fièvre, frissons, perte de poids, etc. Elle nécessite alors une hospitalisation.

Psoriasis pustuleux

Le psoriasis pustuleux est une forme de psoriasis localisée sur la paume des mains et la plante des pieds. Il est caractérisé par l'apparition de multiples petites lésions pustuleuses. C'est la forme la plus fréquente de pustuloses amicrobiennes, c'est-à-dire que les pustules ne contiennent pas de germes microbiens. On distingue le psoriasis pustuleux localisé palmo-plantaire qui est parfois isolé et invalidant, et le psoriasis pustuleux localisé acromélique avec une suppuration chronique de l'extrémité des doigts ou des orteils. Il y a également le psoriasis pustuleux généralisé de début brutal. Il entraîne de la fièvre, une altération de l'état général, un érythème pustuleux généralisé aigu suivi de desquamation. Il peut mettre en jeu le pronostic vital. 

Rhumatisme psoriasique

Dans 1 cas sur 10 de psoriasis, un rhumatisme psoriasique se développe. Cela correspond à une inflammation des articulations. Chronique, il peut prendre deux aspects. Le rhumatisme axial correspond à l'inflammation des articulations de la colonne vertébrale, en particulier des sacro-iliaques. La polyarthrite des doigts est quant à elle une inflammation de plusieurs articulations des doigts. Le rhumatisme psoriasique entraîne des douleurs articulaires, un gonflement et des raideurs. 

Psoriasis : en plaques, goutte ou inversé... peut-on en venir à bout ?
Psoriasis : en plaques, goutte ou inversé... peut-on en venir à bout ?

Sommaire Définition, contagion Personnes à risque • Psoriasis et enfant Types de psoriasis • Psoriasis en plaques • Psoriasis en gouttes • Psoriasis inversé Symptômes • Psoriasis genou, coude, main • Psoriasis cheveux,...