La goutte : comment reconnaître une crise et comment la soigner ?

La goutte est une maladie articulaire chronique, provoquée par un excès d'acide urique dans le sang. Elle touche majoritairement les hommes et débute en moyenne vers l'âge de 35 ans. Contrairement aux idées reçues, la maladie n'a pas disparu et touche encore près de 600 000 personnes en France.

Définition : goutte au genou, au pied, à la main...

La goutte est une maladie due à l'augmentation d'acide urique dans le sang (on parle d'hyperuricémie). L'acide urique est un déchet qui résulte de la dégradation des purines, normalement évacué dans les urines. Au-dessus de 60 mg/L, l'organisme ne parvient plus à l'éliminer et l'acide urique forme des cristaux qui se déposent dans et autour des articulations, provoquant une réaction inflammatoire. La maladie touche le plus souvent les hommes dès l'âge de 30 ans, mais aussi les femmes après la ménopause (entre 55 et 60 ans en moyenne). Quelles sont les causes d'une crise de goutte ? Comment prévenir et soulager cette affection ?

Symptômes

La goutte est un rhumatisme qui évolue par crises. Elle provoque des douleurs brutales et intenses au niveau d'une ou plusieurs articulations, qui surviennent souvent la nuit. Le simple contact des draps peut devenir insupportable par exemple. L'articulation apparaît rouge et enflée ; la douleur peut s'accompagner de fièvre et de frissons. Le gros orteil est le plus fréquemment touché (dans 70 % des premières crises de goutte), mais la cheville, le poignet, la main, le genou ou le coude peuvent également être concernés.

Les crises de goutte, qui durent plusieurs jours, se répètent à intervalles de quelques semaines à plusieurs années. Leur fréquence et leur durée tendent à augmenter au fil de l'évolution de la maladie, de même que le nombre de zones concernées. Après quelques années, de petits nodules non douloureux (des tophi) peuvent apparaître sous la peau. Dans certains cas, la goutte peut également se manifester par des calculs rénaux.

Causes : alcool, alimentation...

La goutte est provoquée par une augmentation d'acide urique dans le sang, due à un défaut de son élimination par les reins. Des antécédents familiaux de goutte, de même qu'une surcharge pondérale ou une hypertension artérielle peuvent favoriser l'apparition de la maladie. Certains médicaments peuvent également rendre l'élimination rénale de l'acide urique plus difficile. Par ailleurs, la consommation d'aliments riches en protéines animales, de bière, d'alcools forts et de boissons sucrées (sodas, jus de fruits) entraîne une production accrue d'acide urique.

Diagnostic

L'interrogatoire et l'examen de la personne atteinte permettent en général d'évoquer le diagnostic de goutte. La présence de facteurs de risque : surcharge pondérale, hypertension artérielle, antécédents familiaux de goutte... Lorsque le patient a des crises récurrentes typiques des crises de goutte, avec hyperuricémie, il est raisonnable d'établir un diagnostic clinique. En dehors des symptômes cliniques, une analyse de sang et/ou un dosage de l'acide urique contenu dans les urines (dosage urinaire) permettent généralement de confirmer le diagnostic. Par ailleurs, le diagnostic de la goutte peut être confirmé par la présence de micro-cristaux d'acide urique au niveau du liquide synovial ou un tophus (cristaux d'urate dans les zones sous-cutanées). Entre les périodes de crise, l'Eular indique que l'identification de micro-cristaux d'acide urique au niveau des articulations asymptomatiques peut permettre un diagnostic. Le patient peut être affecté à la fois par la goutte et une arthrite septique. L'Eular recommande de faire une coloration de Gram et des cultures, même en cas d'identification de cristaux d'acide. La réciproque est également valable (il faut rechercher les cristaux en cas d'arthrite inflammatoire). 

Quand consulter ?

Une articulation rouge et gonflée nécessite toujours une consultation médicale. En effet, si le diagnostic de goutte n'est pas confirmé, cela peut aussi être le signe d'une infection sous-cutanée ou articulaire qu'il faut traiter en urgence.

Traitement

  • En cas de crise, le repos de l'articulation atteinte est vivement conseillé. L'application locale de glace et la prise d'un anti-inflammatoire ou de colchicine permettent de soulager les douleurs.
  • Une crise aiguë peut également être traitée en réalisant une ponction articulaire ou via l'injection de corticoïdes.
  • Un traitement médicamenteux destiné à réduire le taux d'acide urique dans le sang (tel que l'allopurinol par exemple) est généralement prescrit.
  • Le régime alimentaire est également corrigé pour prévenir l'apparition de nouvelles crises : moins d'aliments riches en protéines animales (surtout la viande rouge et les abats) riches en purine, une molécule azotée - plus de produits laitiers et de légumes, puis 2 à 3 litres d'eau par jour.