Jeûne partiel : bienfaits ou dangers ?

Le jeûne partiel consiste à ne pas manger pendant un certain nombre d'heures (ou de jours) afin de mettre son organisme au repos. Mais dans les faits, comment bien le pratiquer et que peut-on en attendre vraiment ?

Le jeûne strict qui consiste à ne pas s'alimenter pendant un certain nombre de jours en se contentant d'eau, de bouillons et de tisanes, n'est pas évident à mettre en place, doit être encadré et sur une trop longue période entraîne des carences. Pour profiter des bienfaits  bien-être du jeûne avec une méthode facile et sans risque : le jeûne partiel ou intermittent peut être la solution. Assez souple, il permet à chacun de l'intégrer selon ses habitudes et modes de vie. Une étude de 2012 effectuée par des chercheurs de l'Université de Caroline du Sud, rapportait qu'un régime alimentaire peu calorique pendant une courte période favoriserait la régénération du système immunitaire.

C'est quoi un jeûne partiel ?

Le jeûne partiel consiste à ne pas manger pendant un certain nombre d'heures (ou de jours selon les protocoles) afin de mettre son organisme au repos. "On a par exemple le jeûne intermittent ou fasting qui consiste à ne rien manger pendant 16 h. On saute alors soit le repas du soir, soit le petit-déjeuner" explique Olivia Charlet, micro-nutritionniste et naturopathe. Certains décident également de ne pas manger pendant toute une journée, le lundi par exemple. Attention, pendant toute la période de jeûne si la nourriture n'est pas autorisée, il faut continuer à s'hydrater avec de l'eau, du thé, des tisanes, voire "du café, mais sans sucre" précise la micro-nutritionniste.

Comment faire un jeune partiel ?

Le jeûne partiel est un jeûne flexible. Il existe différentes façons de faire, l'idée est que chacun trouve la méthode qui lui correspond en étant à l'écoute de son corps et de ses ressentis.

Le fasting ou jeûne intermittent

En ce qui concerne le jeune intermittent ou fasting, Olivia Charlet assure que "c'est le plus facile à mettre en place car on peut le faire tous les jours et il n'y a aucun problème à ne faire que deux repas par jour. C'est même très intéressant notamment pour faire baisse l'insuline". D'après l'experte, ce type de jeûne permet de réguler l'insuline ce qui aide à déstocker les graisses. "Et même si l'idée n'est pas de faire un régime cela peut entraîner une perte de poids pour les personnes qui ont besoin d'en perdre."

Comment réussir le jeûne intermittent ? En y allant progressivement. "On commence par décaler de plus en plus tard l'heure du petit-déjeuner pour finir par le supprimer un ou deux fois par semaine. Il faut le faire au ressenti. Pour certaines personnes il est plus simple de sauter le petit-déjeuner, pour d'autre ce sera le dîner. L'important est de ne rien manger pendant 16 h, certaines personnes jeûnent pendant 18h. l'important est d'y aller à son rythme pour que ça devienne une habitude."

Jeûner 24 h par semaine

Pour certains le jeûne séquentiel est un peu plus long, il dure jusqu'à une journée. Une fois encore il a pour but de mettre l'organisme en pause, pour lui permettre de remettre les compteurs à zéro. Il s'agit de faire un dîner léger et de recommencer à s'alimenter 24 h plus tard avec un petit-déjeuner tout aussi léger. Les repas avant et après le jeûne ne doivent pas être gargantuesques et doivent s'inscrire dans le cadre d'une alimentation saine et équilibrée. Durant toute la période du jeûne il est important de bien s'hydrater. Des légers bouillons sont autorisés. "Certains choisissent de jeûner 24h une fois par semaine. C'est aussi intéressant mais cela peut générer du stress à l'organisme sur le long terme. Il faut bien choisir son jour, plutôt un jour de repos où on n'a pas d'activité physique" conseille Olivia Charlet.

Avantages du jeûne partiel

"Les jeûnes stricts sur plusieurs jours doivent être encadrés avec une préparation avant, une réadaptation après. Des contraintes que l'on n'a pas avec le jeûne partiel. Ce type de jeûne aide les cellules à se régénérer, active l'autophagie, le processus de nettoyage du corps, qui permet de digérer toutes les protéines des déchets et de les recycler. Ce type de jeûne permet de vieillir plus doucement, d'améliorer le diabète de type II, stimule les sirtuines ces protéines qui inhibent les voies inflammatoires. Avec le fasting, on gagne en clarté mentale, en énergie, en bien-être général !" assure la micro-nutritionniste.

Quels sont les risques d'un jeûne trop strict ?

En cas de jeûne trop strict et trop long sur la durée peuvent apparaître une fatigue intense en raison de la fonte musculaire et du manque d'énergie, de nombreuses carences ainsi que des malaises et des accidents cardio-vasculaires mais également des troubles du rythme cardiaque et une baisse de la tension artérielle. Une diminution des défenses immunitaires peut également survenir. Pour la professionnelle, le jeûne partiel ne pose pas de problème. "On n'est pas obligé de le faire tous les jours, on peut commencer par deux fois par semaine et on voit ce qui se passe."

Comment jeûner sans risque ?

Pour Olivia Charlet, les personnes en bonne santé peuvent se lancer sans risque. Il suffit d'y aller progressivement, de se connecter à ses ressentis, voir ce qui est plus simple de supprimer le dîner ou le petit-déjeuner. Pour les personnes sous traitements, il faut se faire accompagner.

Jeûne partiel et grossesse : possible ou non ?

Les régimes ne sont pas recommandés pendant la grossesse et les jeûnes de manière générale non plus. Si vous souhaitez continuer votre jeûne partiel pendant votre grossesse, les deux autres repas de la journée devront vous fournir toute l'énergie, les vitamines et nutriments dont vous et votre bébé auront besoin. Il est préférable d'en parler avec votre médecin.

Prudence : toujours prendre l'avis de son médecin

Comme le rappelle Olivia Charlet, le jeune partiel ne présente pas a priori de risque pour la santé au contraire : "Les études montrent les bienfaits du jeûne intermittent, il n'y a pas de risques, il est même plutôt recommandé car on n'est pas obligé de le suivre tous les jours." Bien sûr en cas de traitement, de problème de santé, de grossesse, d'hypoglycémie, il est conseillé d'un parler à un professionnel de santé ou à un spécialiste de la nutrition. Et les deux autres repas doivent toujours apporter l'ensemble des apports journaliers recommandés pour éviter les carences et la perte de fonte musculaire. Pas de contre-indication particulière à part pour les personnes sous traitement car "les marqueurs de santé vont bouger, il faut en parler avec son médecin." Et ce type de jeûne n'est pas conseillé aux anorexiques et aux personnes souffrant du trouble du comportement alimentaire.

Entretien avec Olivia Charlet, micro-nutritionniste et naturopathe, auteure de "Mince et en bonne santé grâce au fasting", Editions Leduc.

Jeûne partiel : bienfaits ou dangers ?
Jeûne partiel : bienfaits ou dangers ?

Sommaire Définition Comment faire ? • Fasting • Jeûner 24 heures Avantages Risques Jeûner sans risque Grossesse Précautions à prendre Le jeûne strict qui consiste à ne pas s'alimenter pendant un certain nombre...