Confusion de plantes : plusieurs cas d'intoxications graves

Suite aux signalements de plusieurs cas d'intoxications dont deux décès, l'Anses rappelle que la cueillette des plantes, dans son jardin ou dans la nature, n'est pas sans danger. Liste des plantes les plus confondues et conduite à tenir en cas d'intoxication alimentaire.

Confusion de plantes : plusieurs cas d'intoxications graves
© Œnanthe safranée (ou œnanthe crocata) Ian Redding - 123RF

En juin 2019, un homme de 63 ans est décédé après avoir ingéré de l’œnanthe safranée (voir la photo), une plante herbacée toxique qu'il avait cueilli dans son jardin et qu'il avait confondu avec du persil tubéreux. En 2018, un autre promeneur est décédé suite à la consommation de feuilles d'aconit napel -aussi appelée Casque-de-Jupiter- qu'il avait ramassées dans la nature et qu'il avait prises pour du couscouil. Au total, plus de 250 cas d'intoxication alimentaire sont recensés chaque année en France. Et en seulement 6 ans (entre 2012 et 2018), 1 872 cas de confusion entre des plantes toxiques et comestibles ont été comptabilisés. Toutes les tranches d'âge sont concernées, y compris des enfants de moins de 6 ans. Afin d'éviter toute intoxication alimentaire, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) et le réseau des Centres antipoison tiennent à rappeler les risques liés à la confusion des plantes. 

Photographiez votre cueillette 

Afin de limiter les risques d'intoxication, l'Anses et les Centres antipoison conseillent de :

  • Ne pas consommer la plante ramassée en cas de doute sur son identification.
  • Cesser immédiatement de manger si la plante a un goût inhabituel ou désagréable.
  • Ne pas cueillir par brassées, pour éviter de cueillir plusieurs espèces et de mélanger des espèces toxiques avec des espèces comestibles.
  • Photographier sa cueillette pour en faciliter l'identification en cas d'intoxication.

Que faire en cas d'intoxication alimentaire ?

Ingérer une plante toxique provoque dans la plupart des cas des troubles digestifs comme des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements et une diarrhée. Ces symptômes sont des mécanismes de défense de l'organisme pour évacuer l'agent pathogène. Peuvent s'ajouter de la fièvre, des maux de tête et une grande fatigue. Toutefois, certaines plantes peuvent être responsables de "symptômes plus graves cardiaques ou neurologiques pouvant aller jusqu'au décès", alerte l'Anses.

Si vous constatez l'apparition de ces symptômes après la consommation d'une plante, contactez au plus vite le Centre antipoison le plus proche de chez vous qui évaluera les risques à une exposition toxique et vous indiquera la marche à suivre. Votre interlocuteur pourra vous demander le nom de la plante (si vous le connaissez) ou sa description détaillée, la partie de la plante qui a été ingérée (baie, fleur, racine, sève, fleur, tige...), la quantité avalée, le temps entre l'ingestion et l'appel ou encore les symptômes observés. Le coma ou la détresse respiratoire relèvent de l'urgence vitale, il faut immédiatement appeler le 15 (Samu). 

8 plantes souvent confondues

De par leur ressemblance, de nombreuses plantes peuvent être confondues. Cela concerne notamment les fleurs, les bulbes, les graines, les baies, les racines ou encore les feuilles. L'Anses a dressé la liste des plantes les plus souvent confondues et responsables des cas d'intoxication alimentaire les plus graves :

Plantes toxiques Confondues avec...
Plantes à bulbes Oignon, ail ou échalote
Marron d'inde Châtaigne
Coloquinte ou courge amère Courges comestibles
Arum Oseille ou épinard
Vérâtre Gentiane
Belladone Raisin
Digitale Consoude
Colchique Ail des ours ou poireau sauvage

Source : "Cueillette de plantes comestibles : ne pas confondre avec des plantes toxiques", publié le 1/07/19 sur le site de l'Anses.

Lire aussi :

Confusion de plantes : plusieurs cas d'intoxications graves
Confusion de plantes : plusieurs cas d'intoxications graves

En juin 2019, un homme de 63 ans est décédé après avoir ingéré de l’œnanthe safranée  (voir la photo), une plante herbacée toxique qu'il avait cueilli dans son jardin et qu'il avait confondu avec du persil tubéreux . En 2018, un autre...