Coup de soleil chez l'enfant : symptômes, dérougir, soulager

Les coups de soleil attrapés dans l'enfance prédisposent au mélanome, forme grave du cancer de la peau. Comment les prévenir ? Quels sont les remèdes pour les soulager ? Quand s'inquiéter ? Réponses et conseils du Dr Anne Boutemy, pédiatre.

Coup de soleil chez l'enfant : symptômes, dérougir, soulager
© ampak/123RF

Quels sont les symptômes d'un coup de soleil chez l'enfant ?

Le coup de soleil est une brûlure au premier degré, provoquée par les rayons UVA et UVB du soleil. Il se caractérise par une rougeur de la peau, qui peut s'accompagner de tiraillements et de douleurs au toucher. En général, cette lésion cutanée va régresser spontanément en quelques jours : la rougeur s'atténue et la peau commence à peler. "Si ces symptômes s'accompagnent de cloques, de maux de tête, de vertiges, de signes de confusion et de troubles digestifs tels que diarrhées et vomissements, il s'agit probablement d'un coup de chaleur (insolation), nécessitant une consultation aux urgences", commente le Dr Anne Boutemy. 

Quels sont les risques ?

"Les coups de soleil attrapés dans l'enfance prédisposent au mélanome plus tard dans la vie, c'est la raison pour laquelle il est indispensable de protéger les enfants", prévient la pédiatre. Plus on a de coups de soleil répétés dans l'enfance, avant l'âge de 15 ans, plus le risque de développer des mélanomes à l'âge adulte est important. Et ce, d'autant plus si on a un phototype clair. "Certains parents sont convaincus des bienfaits de l'exposition solaire de leurs enfants pour synthétiser la vitamine D. Or, il est recommandé de supplémenter les enfants en vitamine D au minimum jusqu'à la fin de la croissance et de continuer ensuite à l'âge adulte. Il vaut mieux l'avoir par voie orale parce que de toute façon, dans les pays occidentaux on n'est jamais suffisamment exposé, et que l'exposition solaire est dangereuse", continue-t-elle. 

Comment dérougir un coup de soleil chez l'enfant ?

Le premier réflexe à adopter pour faire dérougir un coup de soleil chez l'enfant consiste à appliquer du froid sur la zone atteinte, soit à l'aide d'une compresse, soit en prenant une douche ou un bain. Cela va permettre de rafraîchir la peau et d'apaiser la sensation de chaleur. 

Comment soulager un coup de soleil chez l'enfant ? 

Pour soulager un coup de soleil chez l'enfant, il est recommandé d'appliquer de la Biafine® ou du gel d'Aloe Vera. Ces produits permettent d'apaiser la brûlure tout en réhydratant la peau en profondeur. Si la douleur est forte, du paracétamol peut être administré. En parallèle, il est indispensable de donner régulièrement à boire à l'enfant pour favoriser la régénération de la peau. Bien entendu, l'enfant ne doit pas être réexposé au soleil avant la disparition complète des rougeurs. 

Quand s'inquiéter ?

"Si l'enfant présente des symptômes neurologiques (confusion, fatigue, somnolence, vomissements), cela signifie qu'il a pris un coup de chaleur (insolation). Il faut donc l'amener aux urgences pour qu'il soit réhydraté par voie orale ou par voie veineuse, indique le Dr Anne Boutemy. En attendant l'intervention des secours, des gestes simples permettant de faire baisser la température de l'enfant peuvent être exécutés : le mettre à l'ombre et l'allonger, lui passer un brumisateur sur le visage, lui faire boire beaucoup d'eau". 

Combien de temps dure un coup de soleil ?

Un coup de soleil s'estompe généralement en quelques jours lorsqu'il est superficiel. Au bout de 24 heures, il est déjà moins douloureux.  

Comment prévenir le coup de soleil chez l'enfant ? 

Le meilleur moyen de prévenir les coups de soleil reste d'opter pour une protection solaire efficace. Il existe deux types de photoprotections : 

→ La photoprotection physique qui bloque le passage des UV. Il s'agit de vêtements anti-UV (T-shirt, maillot de bain, combinaison, legging…). Le Dr Anne Boutemy recommande la combinaison à manches longues jusqu'aux pieds avec un chapeau anti-UV protégeant le cou. Les tentes anti-UV sont également très efficaces. 

→ La photoprotection chimique, c'est-à-dire l'application de crème solaire. Mais attention, la méfiance est de mise pour les crèmes disponibles en grande surface. Mieux vaut privilégier les filtres des marques Avène et Aderma qui sont les meilleures pour les peaux d'enfant, selon la pédiatre. 

"La photoprotection physique reste ce qu'il y a de plus efficace et de moins chimique parce que la barrière chimique est néfaste pour l'environnement mais aussi pour la santé puisqu'elle pénètre à travers la peau", précise la spécialiste. En complément de ces photoprotections, il est primordial de respecter certains principes de base comme le fait de ne pas exposer l'enfant entre 12h et 16h, de renouveler fréquemment l'application de crème solaire, surtout après chaque baignade, de privilégier les coins d'ombre, et de miser sur une protection vestimentaire qui stoppe les UV. 

Merci au Dr Anne Boutemy, pédiatre.

Santé du bébé et de l'enfant