Leucocytes : quand les globules blancs sont trop bas ou trop élevés

Plus communément appelés "globules blancs", les leucocytes sont des cellules produites par la moelle osseuse et présentes dans le sang. Leur nombre peut augmenter lors d'une infection, d'une inflammation, d'une réaction allergique, d'une prise de certains médicaments, ou d'un dysfonctionnement de la moelle osseuse.

Les leucocytes, aussi appelés globules blancs, sont des cellules du système immunitaire qui se forment dans la moelle osseuse et qui sont présents dans le sang, dans la lymphe, les organes lymphoïdes et certains tissus. Vu que les leucocytes augmentent en cas d'infection, d'inflammation ou d'un dysfonctionnement de la moelle osseuse, doser leur taux s'avère très utile. Le dosage est également utilisé pour surveiller la réaction de l'organisme à différents traitements. Comment interpréter sa prise de sang ? Que signifie un taux de leucocytes trop important ? Réponses.

Définition

Les globules blancs, également appelés leucocytes, sont des cellules produites par la moelle osseuse. Ils constituent le système immunitaire et interviennent notamment dans la lutte contre les infections en protégeant l'organisme contre les agressions extérieures comme par exemple les bactéries ou les virus. Les globules blancs sont présents dans le sang, les ganglions, la rate, les amygdales, les végétations et la lymphe. Il existe trois grandes catégories de leucocytes :

Les monocytes 

Les monocytes (macrophages) représentent 7% des leucocytes. Chez l'adulte, on compte 2 à 8 monocytes pour 100 globules blancs. Comme de nombreuses cellules sanguines, les monocytes sont fabriqués par un tissu organique contenu dans certains os, la moelle osseuse. Ce sont les principaux acteurs de la phagocytose après leur transformation en phagocytes, mécanisme par lequel la cellule absorbe les micro-organismes indésirables pour les détruire.

Les lymphocytes

Les lymphocytes représentent 30% des leucocytes). On distingue les lymphocytes B (les lymphocytes B fabriquent des anticorps spécifiques d'un antigène : les anticorps se fixent sur les antigènes, comme par exemple une bactérie, afin de la détruire) et les lymphocytes T (sécrétées par le thymus avant de se transformer en thymocytes, ces cellules se divisent et se multiplient rapidement lorsqu'elles sont exposées à un antigène). Ils font partie de l'immunité acquise : c'est-à-dire qu'elle n'est pas présente à la naissance ni immédiate, contrairement à la réponse immunitaire innée, et n'intervient que lorsque le système immunitaire d'une personne rencontre et reconnaît des agents infectieux étrangers appelés "antigènes" (bactérie, virus, champignon, parasite...).

Les polynucléaires (granulocytes)

Les polynucléaires réalisent ce qu'on appelle "la phagocytose", c'est-à-dire qu'ils attaquent les corps étrangers en cas d'infection. Ils font partie du système de l'immunité innée, présent dès la naissance. Il s'agit de la première réponse de l'organisme lors d'une agression par un agent pathogène. Il y a trois sortes de polynucléaire : les neutrophiles (60% des leucocytes), les éosinophiles (2 à 4% des leucocytes) et les basophiles (1% des leucocytes). 

- Les polynucléaires neutrophiles

Les polynucléaires neutrophiles représentent 60 à 70% des globules blancs. Ils permettent de lutter contre les bactéries. Les polynucléaires sont les premières cellules à intervenir lors d'une infection bactérienne. Une baisse du taux des polynucléaires neutrophiles correspond à une neutropénie et une augmentation du taux des polynucléaires neutrophiles correspond à une neutrophilie

- Les polynucléaires éosinophiles

Les polynucléaires éosinophiles interviennent dans la réactions allergique et la lutte contre l'infection parasitaire. Les polynucléaires éosinophiles représentent 2 à 4% des globules blancs. Leur augmentation, appelée éosinophilie, avec des taux supérieurs à 4%, témoigne d'un terrain allergique ou d'une parasitose

- Les polynucléaires basophiles

Les polynucléaires basophiles interviennent au cours des réactions allergiques : ils sont responsables de la libération de médiateurs, comme l'histamine, à l'origine de la réaction inflammatoire de l'allergie. Leur nombre se situe autour de 0.5 à 1% des globules blancs. Une augmentation de leur taux, supérieur à 1% correspond à une basophilie qui s'observe au cours de certaines leucémies, pathologies hépatiques ou thyroïdiennes. 

Quelles sont les normes ?

La leucopénie 

désigne la diminution du nombre de globules blancs dans le sang (moins de 500 par millilitres de sang).

La concentration de leucocytes dans le sang est caractérisée par une numération de la formule sanguine (NFS ou hémogramme) : cette numération permet de comptabiliser tous les éléments du sang. Le nombre des globules blancs est normalement compris entre 4 000 et 10 000/mm3 de sang chez l'homme ou chez la femme, mais ces normes peuvent légèrement varier en fonction de la technique utilisée dans le laboratoire. En dessous de 3 500 leucocytes par mm3, on parle de leucopénie, au-dessus de 10 000 leucocytes par mm3, il s'agit d'une hyperleucocytose. Entre 10 000 et 15 000, on dit qu'elle est modérée, au-delà de 15 000, on parle d'hyperleucocytose franche. A savoir qu'au cours des dernières semaines de la grossesse, le taux de leucocytes peut être plus élevé : c'est la concentration de polynucléaires neutrophiles qui augmentent chez la femme enceinte.

Pourquoi faire cet examen ?

Le dosage des leucocytes est prescrit par un médecin, s'il pense que vous pourriez avoir une infection, une maladie inflammatoire, un déficit immunitaire, une maladie de la moelle osseuse ou une allergie mais aussi  pour s'assurer qu'un traitement qui vous est administrer n'engendre pas des anomalies sur les globules blancs. Généralement, l'examen consiste à faire un prélèvement sanguin dans une veine du bras ou par piqûre au bout du doigt. Il n'y a pas besoin d'être à jeun pour réaliser cet examen. 

Comment interpréter ses résultats ?

Chaque type de leucocytes remplit une fonction particulière dans le système immunitaire et ne réagissent pas tous pareil en cas d'anomalie ou d'agression.

Que signifie un taux bas ?

  • Les lymphocytes. Une diminution des lymphocytes permet de comprendre qu'il y a une leucopénie et donc un déficit immunitaire de l'organisme : c'est-à-dire que l'un des composants du système immunitaire est défaillant ou absent. Le patient est donc plus sensible aux infections. Il peut s'agir d'un défaut des cellules du système immunitaire ou d'un facteur extérieur (facteur environnement ou agent extérieur) qui a affecté le système immunitaire (brûlure, malnutrition, médicaments, carence en vitamines B9 ou B12...), une pathologie du foie, une polyarthrite rhumatoïde ou un lupus... Il ne faut pas forcément s'inquiéter dans l'immédiat : d'autres examens seront nécessaires pour déterminer la cause, poser un diagnostic (grâce à un simple examen clinique (présence éventuelle d'une rate au volume augmenté, de ganglions plus gros, de la fièvre...), un hémogramme, une aspiration de la moelle osseuse ou une biopsie selon les cas) et envisager un traitement adapté (il peut s'agir d'une stimulation de la production des globules blancs, ou d'une stimulation de la moelle osseuse et souvent, un apport en vitamine B ou encore, des traitements à base de cytokine, une protéine régulant l'activité cellulaire). Enfin, des antibiotiques peuvent être prescrits pour lutter contre les maladies infectieuses, auxquelles le patient est plus vulnérable en cas de leucopénie.

Que signifie un taux élevé ?

  • Les lymphocytes. Ils augmentent en cas d'infections virales (rhume par exemple) ou bactériennes ou en cas de maladie auto-immune. 
  • Les monocytes. Ils augmentent en cas de maladies infectieuses chroniques ou d'inflammations. 
  • Les polynucléaires neutrophiles. Ils augmentent en cas d'infections bactériennes (lors d'une sinusite, rhinopharyngite, bronchite, pyélonéphrite, appendicite par exemple) ou si le patient prend un traitement à base de corticoïdes. 
  • Les polynucléaires éosinophiles. Il augmentent en cas de réactions allergiques ou lors d'une infection parasitaire. 
  • Les polynucléaires basophiles. Ils augmentent en cas de réactions allergiques ou lors d'une infection. 

Ce qui va mettre le médecin sur la piste de telle ou telle cause est l'examen clinique (présence de fièvre, de toux, état de fatigue, douleurs...). Mais pour établir un diagnostic, les symptômes seront aussi comparés à d'autres examens d'imagerie médicale ou un myélogramme (analyse au microscope des cellules de la moelle osseuse). Il est fréquent que l'immunité soit stimulée, surtout en hiver et lors des changements de saison, et une hausse des leucocytes est souvent bénigne. Transférez toujours vos résultats à votre médecin traitant ou au médecin-prescripteur qui pourra vous orienter, si les résultats sont anormaux, vers des examens complémentaires ou vous prescrire un traitement adapté. Normalement, les leucocytes sont censés diminuer lorsque l'infection ou l'inflammation est soignée. Le médecin pourra donc vous prescrire un autre prélèvement sanguin pour s'assurer que tout va bien. 

Bon à savoir : Les cancers ne donnent pas lieu à une augmentation des globules blancs, sauf les leucémies. Mais, dans ce cas, ce sont des augmentations bien plus importantes et l'aspect des leucocytes est très différent. D'autres examens sont bien évidemment nécessaires pour établir un diagnostic précis.

Leucocytes : quand les globules blancs sont trop bas ou trop élevés
Leucocytes : quand les globules blancs sont trop bas ou trop élevés

Sommaire Définition • Monocytes • Lymphocytes • Polynucléaires > Neutrophiles > Éosinophiles > Basophiles Normes Test Résultats • Taux bas • Taux élevé Les leucocytes , aussi appelés globules blancs ,...

Autour du même sujet