Candida auris : un germe qui résiste à tous les médicaments

Le Candida auris est une levure responsable de nombreuses infections, causant plusieurs décès dans le monde. Résistant à la plupart des médicaments anti-fongiques, ce champignon inquiète les autorités sanitaires. Définition, symptômes, transmission... Le point sur ce germe tueur.

Candida auris : un germe qui résiste à tous les médicaments
© Kateryna Kon - 123RF

Le Candida auris est un micro-organisme faisant partie de la catégorie des levures. Ce germe est de plus en plus retrouvé comme un agent pathogène responsable de nombreuses infections fongiques (causées par des champignons donc) nosocomiales, c'est-à-dire contractées au cours d'un séjour dans un établissement de soins. Problème : le Candida auris résiste à la plupart des médicaments anti-fongiques disponibles sur le marché. Ce champignon s'attaque en particulier aux personnes dont le système immunitaire est affaibli comme les nourrissons, les personnes âgées ou les personnes atteintes de certaines maladies comme la sclérose en plaques ou le diabète. Mais "le risque s'étendra à des populations en meilleure santé" préviennent des scientifiques dans une tribune du 6 avril publiée dans le New-York Times, si "de nouveaux médicaments plus efficaces" ne sont pas développés et si "l'utilisation inutile d'antimicrobiens" n'est pas réduite. Une étude commandée par le gouvernement britannique prévoit que 10 millions de personnes, y compris en bonne santé, pourraient décéder de ces infections d'ici 2050. Aux Etats-Unis, les autorités sanitaires considère ce germe comme "une menace pour la santé publique très urgente". Doit-on craindre sa prolifération en France ?

Définition : qu'est-ce que le Candida auris ?

Le Candida auris est un champignon du genre Candida qui se développe sous la forme d'une levure. Cette espèce peut provoquer une candidose chez l'homme et notamment causer des infections :

  • du sang (candidémies), 
  • biliaires,
  • de plaies (chirurgicales, "grands brûlés"),
  • de l'oreille (otites),
  • des voies urinaires,
  • de la peau (abcès associés à l'insertion de cathéters),
  • du muscle cardiaque,
  • du foie,
  • des méninges (méningites),
  • des os.

Identification : le Candida auris est difficile à reconnaître

Les méthodes habituelles de laboratoire ne permettent pas toujours de reconnaître précisément le Candida auris, "si bien qu'il est souvent mal identifié", précise l'Institut national de santé publique du Québec dans l'une de ses publications (janvier 2018). La séquence des gènes, légèrement différente des autres souches, sa résistance à différentes classes d'antifongiques et son aptitude à croître à 42°C - mais pas à 45°C comme les autres Candida - sont trois éléments qui permettent aux biologistes de reconnaître le Candida auris.

Transmission du Candida auris

Le Candida auris se transmet dans les milieux de soins en provoquant des éclosions. La transmission se fait :

  • par contact direct d'une personne infectée à une autre,
  • par contact indirect via l'environnement et le matériel de soins contaminés. 

Ce germe peut toucher n'importe quelle tranche d'âge, mais particulièrement les adultes avec des facteurs de risque (personnes ayant fait une chirurgie il y a moins de 3 mois, immunodéprimées, diabétiques, avec insuffisance rénale chronique, infectées par le VIH, porteuses d'un cathéter, d'un tube endotrachéal ou d'une sonde, prenant des stéroïdes, personnes âgées...). Les nouveaux-nés sont particulièrement touchés. 

Symptômes : fièvre, courbatures...

Les symptômes d'une infection au Candida auris sont :

  • une fièvre modérée à intense,
  • des courbatures,
  • une fatigue intense. 

Ces symptômes peuvent paraître ordinaires et bénins, mais sont particulièrement dangereux pour les personnes à risque comme les patients dont les défenses immunitaires sont affaiblies, les nourrissons et les personnes âgées.

Causes du Candida auris : utilisation des pesticides, des antibiotiques ?

Le Candida auris est un germe mystérieux, encore peu connu par les biologistes. Mais d'où vient le Candida auris ? "Ce champignon, résistant aux médicaments se serait développé grâce à l'utilisation intensive de fongicides dans les cultures, que l'on peut trouver sur les pommes de terre, les haricots, le blé, les tomates, les oignons...", a déclaré le Dr Rhodes, spécialiste des maladies infectieuses qui a travaillé sur l'épidémie à Londres. Toutefois, cette possibilité doit être vérifiée. Autre hypothèse : le Candida auris serait la conséquence directe "de l'utilisation excessive d'antibiotiques par les hôpitaux, contribuant ainsi à la recrudescence de champignons résistants aux médicaments", ajoutent d'autres chercheurs cités dans le New-York Times. 

Le Candida auris en France

Le Candida auris est désormais bien présent sur au moins cinq continents.

Le Candida auris a été identifié pour la première fois au Japon en 2009 dans un prélèvement provenant du conduit auditif d'une patiente. D'où le nom de "Candidas auris" qui signifie "candidose de l'oreille" en latin. A cette époque, ce germe, provenant d'une souche isolée, semblait anodin, considéré comme un cousin des autres Candida et responsable d'infections fongiques courantes et faciles à traiter. Ensuite, il a été identifié comme agent pathogène responsable d'une quinzaine d'otites en Corée du Sud (dans 5 centres hospitaliers). Rapidement, d'autres cas ont été répertoriés en Inde, en Afrique du Sud, au Pakistan, au Venezuela. Depuis 2013, ce germe est également présent aux Etats-Unis où il a causé plus de 500 infections. Plus récemment, entre 2016 et 2017, le Candida auris a été responsable d'une épidémie dans un hôpital espagnol et a contaminé plus de 370 personnes. Par ailleurs, en 2016, l'hôpital royal Brompton de Londres a été obligé de fermer son unité pendant 10 jours à cause d'infections à ce champignon.

Bilan, le Candida auris semble désormais bien présent sur au moins cinq continents : Asie, Europe, Afrique, Amérique du Nord et Amérique du Sud. A l'heure actuelle, aucune infection due au Candida auris n'a été signalée en France. Toutefois, "si les hôpitaux français n'ont pas encore été confrontés au Candida auris, les cliniciens, biologistes et hygiénistes doivent être informés du risque car seules une investigation rapide et des mesures d'hygiène efficaces peuvent limiter sa diffusion", alerte le réseau des Centres de Prévention des infections associées aux soins dans un bulletin de 2018.

Traitement d'une infection à Candida auris

Le Candida auris est très souvent résistant aux anti-fongiques (Fluconazole, Voriconazole, Amphotéricine B...) communément utilisés dans le traitement des infections à Candida, ce qui réduit considérablement les capacités de traitement et la survie des personnes infectées. Autrement dit, ce "super-champignon" est capable de développer des défenses pour survivre aux traitements. Pour le moment, extrêmement peu d'options médicales existent. Seules des mesures de prévention et de contrôle peuvent permettre de réduire sa prolifération : dépistage des contacts étroits en cas d'un nouveau cas, hygiène des mains renforcée, mise à l'écart (chambre seule) d'un patient infecté...

Candida auris : un germe qui résiste à tous les médicaments
Candida auris : un germe qui résiste à tous les médicaments

Sommaire Définition Identification Transmission Symptômes Causes Candida auris en France Traitement Le Candida auris est un micro-organisme faisant partie de la catégorie des levures . Ce germe est de plus en plus...