Hématocrite : qu'est-ce que c'est et pourquoi le doser ?

L'hématocrite correspond à un des éléments dosé systématiquement au cours d'une prise de sang, dans la numération formule sanguine, mais les patients s'interrogent souvent sur sa signification. Son taux peut être dans la norme, bas ou au contraire élevé. Mais qu'est-ce que ça signifie ? Réponses.

Définition : qu'est-ce que l'hématocrite ?

L'hématrocrite correspond au rapport du volume des globules rouges par rapport au volume sanguin total. Le sang est composé de plasma (eau et sel minéraux) dans lequel circulent les globules blancs, composant essentiel du système immunitaire, les globules rouges, permettant le transport de l'oxygène dans l'ensemble du corps et les plaquettes, chargées de la coagulation sanguine. Ainsi, plus le nombre de globules par litre de sang est élevé, plus l'hématocrite augmente.

© Santé-Médecine

Valeurs normales

L'hématocrite est dosé de manière simple et accessible dans la numération formule sanguine (NFS), par le biais d'une prise de sang. L'hématocrite est compris entre 40 et 55 % chez l'homme. Chez la femme, il varie entre 35 et 50 %.

Sexe Normes
Femme Entre 35 et 50 %
Homme Entre 40 et 55 %

Hématocrite élevé : symptômes et causes

L'augmentation de l'hématocrite traduit une polyglobulie (augmentation du nombre de globules rouges). La polyglobulie peut être primitive. C'est le cas dans la maladie de Vaquez. Il s'agit d'une affection qui va toucher la moelle osseuse. Ces derniers vont être produits en trop grande quantité, ce qui va augmenter leur volume total. Elle peut être secondaire, due à des maladies cardiaques, à des tumeurs ou à l'augmentation de la synthèse des hormones qui stimulent la fabrication des globules rouges (érythropoïétine). Dans les cas de polyglobulies, le sang est plus épais et le risque principal est la survenue de thromboses pouvant être à l'origine d'accidents vasculaires. La polyglobulie peut provoquer des maux de tête, de l'hypertension, des vertiges, une érythrose cutanée (la peau est rouge) et des acouphènes (bourdonnements dans les oreilles).

A noter : l'augmentation de volume et non du nombre des globules rouges peut également provoquer l'augmentation l'hématocrite. Il s'agit de la macrocytose, fréquente ne cas d'alcoolisme chronique .

Hématocrite bas : symptômes et causes

La diminution de l'hématocrite traduit, dans la plupart des cas, une anémie (diminution de globules rouge ou d'hémoglobine). Elle peut avoir différentes causes : carences en fer, inflammation, malabsorption intestinale (anémie de Biermer), pertes sanguines excessives. L'anémie peut être microcytaire, c'est-à-dire que les globules rouges sont petits, ce qui diminue leur volume et donc l'hématocrite. L'anémie se traduit par une pâleur, un état de fatigue une augmentation du rythme cardiaque, des maux de tête et/ou des difficultés respiratoires.

Diagnostic : hématocrite et VGM

L'hématocrite seul ne peut pas permettre de poser un diagnostic. Son dosage doit être complété par d'autres examens, afin de mettre en évidence une pathologie. L'hématocrite est dosé en même temps que le taux d'hémoglobine, le nombre de globules rouges, le volume globulaire moyen (VGM), dans la NFS. L'interprétation de l'hématocrite ne peut se faire qu'en complément de l'interprétation du reste de la formule globulaire sanguine. "En cas d'anémie, penser à regarder le volume globulaire moyen et l'hématocrite permet déjà une bonne orientation diagnostique", conseille le Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste.

Quand consulter ?

Une anomalie de l'hématocrite constatée sur un bilan de routine doit pousser à consulter un médecin car elle doit être interprétée en fonction de tous les autres paramètres de la formule sanguine. En fonction de cela et d'éventuels symptômes, le bilan sera élargi pour en trouver la cause.

Traitement

Le traitement va dépendre de la pathologie qui a entraîné la variation de l'hématocrite. Le traitement d'une anémie et de sa cause doit être rapide. Dans le cadre des polyglobulies par maladie de Vaquez, les saignées ou des traitements par certains médicaments sont préconisés.

Merci au Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste.