Leucocytes et hématies dans les urines : quand s'inquiéter ?

La présence de leucocytes ou d'hématies dans les urines peuvent révéler une infection urinaire. L'Examen cytobactériologique des urines (ECBU) permet ainsi d'identifier le germe responsable afin de choisir le meilleur traitement pour soigner l'infection.

Les globules blancs ont un rôle dans la défense immunitaire de l'organisme. Si leur nombre augmente, cela peut signifier que l'organisme est en train de se défendre contre une infection. Comment interpréter les résultats de son test ? Quand (vraiment) s'inquiéter ? Réponses. 

Définition

Les globules blancs (leucocytes) circulent normalement dans le sang, mais peuvent également être présents dans les urines. C'est tout à fait normal. En revanche, un nombre trop important de leucocytes dans les urines traduit une leucocyturie. Dans la très grande majorité des cas, une leucocyturie met en évidence une infection urinaire. En effet, lors d'une infection, notre système immunitaire est sollicité et particulièrement les leucocytes, qui vont ainsi se démultiplier pour combattre l'infection. Les hématies correspondent aux globules rouges du sang. Si leur nombre est plus élevé, cela peut traduire une cystite hématurique, un trouble de la coagulation, des calculs ou d'autres pathologies. Des examens complémentaires permettront d'orienter le diagnostic.

Valeurs normales

Le nombre des globules blancs dans les urines est normalement inférieur à 10 000/ml d'urine chez l'homme ou chez la femme, mais cette norme peut légèrement varier en fonction de la technique utilisée dans le laboratoire. Il est donc important de se fier aux normes indiquées sur votre compte-rendu d'examen. Au-dessus de 10 000/ml, on considère qu'il y a une leucocyturie : c'est-à-dire que le nombre de leucocytes dans les urines est anormal. On parle de pyurie élevée si on constate la présence de pus, qui correspond à des leucocytes altérés dans les urines. Normalement, les hématies (globules rouges) sont rarement supérieurs à 1 000/ml d'urine.

Quel examen faire ?

Les leucocytes peuvent être identifiés et comptabilisés dans les urines lors d'un examen baptisé "Examen Cyto-Bactériologique des Urines" (ECBU). Simple et courant, cet examen est prescrit par un médecin lors d'une consultation ou à l'hôpital si ce dernier suspecte une infection urinaire. Il permet d'identifier le germe responsable de l'infection et de proposer le traitement le plus efficace pour la soigner. Mais afin de poser un diagnostic d'infection urinaire, le résultat du prélèvement urinaire n'est jamais analysé seul, il doit être comparé au nombre de bactéries retrouvées dans les urines, leur type et les symptômes dont souffre le patient. Si dans la plupart des cas, l'ECBU met en évidence une infection urinaire, il peut aussi détecter une autre pathologie liée à des troubles urinaires comme une cystite, une pyélonéphrite ou une prostatite. 

Comment se préparer à l'examen ECBU ?

Le prélèvement d'urine peut se faire dans un laboratoire, mais il est possible de le réaliser chez soi. Pour cela,

  • Il faut vous munir d'un flacon d'analyse stérile de 20 à 30 ml environ, disponible dans un laboratoire ou à la pharmacie. 
  • Idéalement au réveil, recueillez votre urine dans le flacon en vous plaçant au-dessus des toilettes sans vous asseoir sur la cuvette. 
  • La méthode du "milieu de jet" est la plus fiable : il suffit d'éliminer le premier jet d'urine dans les toilettes puis, d'uriner directement dans le flacon. Remplissez-le à moitié et finissez d'uriner dans les toilettes. 
  • Inscrivez votre nom et prénom sur le flacon et apportez-le le plus vite possible au laboratoire, muni de votre carte vitale et de votre ordonnance médicale. (Si vous ne pouvez pas vous rendre immédiatement au laboratoire, il est possible de conserver le flacon pendant 24 heures au réfrigérateur). Le laboratoire peut vous demander l'heure du prélèvement, le contexte de la prescription (suspicion d'une infection, contrôle...), si vous êtes enceinte, diabétique, traité par antibiotique....

Comprendre les résultats

En cas d'infection urinaire, les taux d'hématies et de leucocytes augmentent.

L'urine est ensuite analysée au laboratoire au microscope afin de rechercher la présence de globules blancs, de globules rouges et de microbes éventuels. Cela va permettre d'identifier le germe responsable de l'infection. Dans une urine non infectée dite "stérile et normale", le nombre de globules blancs est respectivement inférieur à 10 000, les hématies inférieures à 1 000 et on ne constate pas de germe. En revanche, si le nombre de globules blancs ou/et rouges est trop élevé et qu'on remarque la présence de germes, les résultats sont considérés comme anormaux et doivent faire l'objet d'un suivi médical. La culture des germes présents est indispensable pour préciser l'espèce bactérienne et quantifier la bactériurie (présence de bactéries dans les urines) : 

  • Si le nombre de germes est inférieur à 1 000 UFC/ml et que vous n'avez pas de traitement antibiotique en cours : vous n'avez a priori pas d'infection urinaire.
  • Si le nombre d'hématies est supérieur à 10 000/ml, que le nombre de leucocytes est supérieur à 10 000/ml et que le nombre de germes (souvent la bactérie E Coli) est supérieur à 1 000 UFC/ml (ainsi que certains signes cliniques comme une urine trouble), alors vous avez potentiellement une infection urinaire

Transmis 24 à 48 heures après le prélèvement, la culture et l'antibiogramme (examen de laboratoire visant à déterminer la sensibilité d'une bactérie à différents antibiotiques), les résultats du prélèvement urinaire doivent être comparés aux signes cliniques du patient et éventuellement à d'autres examens afin de prescrire un traitement adapté (prescription d'antibiotiques par exemple).

Leucocytes élevés sans germe

Dans certains cas, les résultats indiquent un taux de leucocytes bas, mais une présence significative de germes. Cela peut vouloir dire que l'ECBU a été réalisé trop tôt ou selon une mauvaise technique. Mais aussi que les urines ont pu être contaminées par un germe du rectum ou de vagin. Il est alors conseillé de refaire un prélèvement urinaire pour approfondir les résultats. A l'inverse, il se peut que le taux de leucocytes soit très élevé et qu'on ne constate pas pour autant de germe : dans ce cas, le patient a pu prendre des antiobiotiques pour suspicion d'infection urinaire avant le prélèvement, ce qui fausse les résultats. Mais chez l'homme, il peut également s'agir d'une autre pathologie comme une urétrite, une prostatite, une posthite (inflammation du prépuce), ou une maladie inflammatoire, mais cela reste très rare.

Infection urinaire : quels symptômes ? Chez la femme, l'infection urinaire se caractérise par des douleurs pendant qu'elle urine, des brûlures, parfois la présence de sang dans les urines, une envie fréquente d'uriner, des frissons ou encore de la fièvre. Chez l'homme, elle se caractérise par les mêmes symptômes auxquels on ajoute parfois une douleur dans les testicules et un écoulement de liquide par l'urètre. 

En savoir plus : Institut de biologie clinique - Université libre de Bruxelles